L’arrivée de Molson, une si bonne nouvelle ?

La mairesse de Longueuil a exprimé sa version des faits dans un texte intitulé Arrivée de Molson: c’est toute l’agglomération qui y gagne!, publié dans l’édition du 17 janvier du Courrier du Sud.

On pouvait lire: «Mais s’il y a un impact positif que personne ne peut nier, c’est l’effervescence économique qui résultera de l’arrivée du géant de l’industrie brassicole et ses centaines d’employés sur le territoire de l’agglomération.»

Or, le journal bi-mensuel Les Affaires publiait le 22 juillet 2017 un article intitulé Molson en péril. Et je cite: «Les temps sont durs pour les grands brasseurs. Les ventes de bière canadienne stagnent depuis une dizaine d’années au Canada, avec une progression moyenne de seulement 1,1% par an; de leur côté, les ventes de bière importée ont bondi d’en moyenne 6% par an. La part de marché de la bière (exprimée en dollars) a chuté au Canada en dix ans de 48 à 42% tandis que celle du vin a progressé de 26 à 31,4%, selon Statistique Canada.

Une récente étude du cabinet-conseil McKinsey & Company estime que «l’industrie de la bière est aujourd’hui à l’orée d’une tempête parfaite», car quatre facteurs catastrophiques sont réunis: une chute de la demande; un changement de goûts des consommateurs; un accroissement de la compétition entre brasseurs; et une complexification de l’accès au marché.»

Le 25 avril 2017, Molson annonçait investir à Chilliwack, en Colombie-Britannique, afin de construire une nouvelle brasserie. Il va y avoir environ 1000 emplois temporaires pour sa construction mais, une fois la brasserie en opération, au début de 2019, il y aura seulement 100 emplois permanents…

La présidente de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS) Catherine Brault a déclaré le 28 novembre: «La CCIRS se dit perplexe quant au silence de Molson Coors sur le nombre d’emplois qui seront maintenus ou créés.»

Selon TVA Nouvelles, «en plus des salaires, la question des changements technologiques devrait également être soulevée, puisque les travailleurs devraient déménager dans une usine complètement neuve, à Longueuil, au cours des prochaines années. Le Syndicat craint que Molson en profite pour délaisser la bière en bouteille traditionnelle pour se tourner davantage vers la canette. Ces dernières années, l’accélération du «virage canette» à l’usine de Montréal aurait mené à l’élimination d’une centaine de postes, selon le Syndicat.»

Voilà qui donne à réfléchir…

Pierre Sénécal

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
dash_qui Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
dash_qui
Guest
dash_qui

Une autre certitude qu’il ne faut jamais croire les politiciens qui ne rapportent que le côté de la médaille qui les satisfait, Et ce en sus de l’exemption de taxes dont ils auront droit? Je me demande où leurs robots ira loger pour payer aussi leurs dimes à la ville? La population aura alors 2 profiteurs à supporter, cet aéroport déficitaire et maintenant les fabricants de canette robotisés et tout cela dans la même zone aéroportuaire, dite l’eldorado de St-Hubert. Bravo pour avoir mis le doigt sur le »buzzer ».