L’Assemblée nationale dénonce toutes formes de menaces

L’Assemblée nationale dénonce toutes formes de menaces
Le députée Catherine Fournier (Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Alors que les statistiques de l’ Institut national de santé publique du Québec démontrent que de plus en plus de Québécois adhèrent à des théories du complot dans le contexte de pandémie de COVID-19, l’Assemblée nationale du Québec a adopté à l’unanimité, le 15 septembre, une motion présentée par la députée de Marie-Victorin Catherine Fournier dénonçant toutes formes de menaces à l’endroit des scientifiques, journalistes et élus.

«Il était important que notre Parlement, au premier jour de la session parlementaire, dénonce les menaces tous azimuts formulées à l’endroit des experts, des représentants des médias et des élus, qui prolifèrent actuellement sur le Web, souligne la députée. Ces menaces constituent de l’intimidation et sont inacceptables. Il est urgent que les autorités publiques, de concert avec les acteurs spécialisés en la matière au sein de la société civile, mettent en place des actions concrètes pour freiner la radicalisation d’une certaine frange de la population et prévenir la montée du phénomène à la source. Cela passe notamment par le financement de la recherche sur le sujet et le déploiement de campagnes d’alphabétisation scientifique à grande échelle. Il faut en outre accorder une attention particulière à la confiance des citoyens envers nos institutions. Nous devons absolument l’améliorer par des réformes démocratiques et plus de transparence.»

La motion rappelle également l’importance de respecter les mesures sanitaires et reconnaît la montée du phénomène complotiste au Québec, en appelant à des actions concertées entre la société civile et les autorités publiques pour y répondre.

Dans son intégralité, la motion pouvait se lire ainsi: «Que l’Assemblée nationale dénonce toutes formes de menaces à l’endroit des scientifiques, des journalistes et des élus, dont le premier ministre; qu’elle rappelle l’importance du respect des mesures sanitaires mises en place par la Santé publique dans la lutte contre la COVID-19; qu’elle reconnaisse que la montée du phénomène complotiste au Québec est préoccupante et nécessite des actions concertées entre la société civile et les autorités publiques.»

Texte de Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L’Hebdo Journal

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires