Le Défi AlterGo reçoit la première compétition de karaté adapté

Le Défi AlterGo reçoit la première compétition de karaté adapté
Les athlètes font principalement du kata et des circuits pour approfondir la technique.

Le Défi sportif AlterGo2015 était le théâtre d’une rare démonstration en sol québécois de karaté adapté, en plus de recevoir la première compétition du genre au Canada, samedi après-midi au Complexe sportif Claude-Robillard.

Le président de Karaté Québec, Stéphane Rivest, était bien heureux de voir le sport progressé, alors qu’au niveau mondial, des coupes du monde sont régulièrement organisées. Le Québec, et même le Canada, accuse donc un certain retard à ce niveau.

"En mai 2014, le complexe sportif Claude-Robillard avait accueilli la première démonstration de karaté adapté au Québec dans le cadre de l’Open international de Montréal. L’expérience avait été très émouvante et, pour le public, et pour nous et, maintenant, nous sommes fiers de pouvoir présenter la première compétition de karaté adapté au Canada ", avoue M. Rivest.

Au Défi sportif AlterGo 2015, le Club MAG (<@Ri>Martial Arts Governance<@$p>) de Montréal était le plus représenté avec une vingtaine d’athlètes, sur près de 30 au total, qui prenaient part aux activités.  

Ces derniers ont démontré beaucoup d’habiletés, notamment à l’épreuve des katas de même qu’à travers un circuit technique meublé par des différents équipements comme des cerceaux ou des gants de frappe (de boxe).

"Comme certains athlètes se déplacent en fauteuil roulant, on ne peut leur faire faire du kumité (combat), donc on se concentre vraiment sur l’apprentissage des techniques", mentionne M. Rivest.

Pour l’entraîneur du Club MAG, aussi éducateur spécialisé à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, Mohamed Jelassi, enseigner à ces jeunes se veut très gratifiant.

"Il faut être très patient et passionné, mais ce qu’ils te donnent en retour, c’est la meilleure paye du monde. C’est à la fois vrai et authentique", mentionne-t-il.

Si M. Jelassi est spécialisé dans la discipline, d’autres clubs sont aussi très ouverts aux athlètes présentant un handicap.

"Nous n’avons pas encore de formations spécifiques sur cette spécialité pour nos entraîneurs, mais nous travaillons actuellement sur ce projet. Pour l’instant, la plupart vont chercher leur formation à l’extérieur", explique Stéphane Rivest.

Pour avoir plus d’informations, on peut contacter Karaté Québec au www.karatequebec.com

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires