Le français dans les institutions

J’ai travaillé 20 ans au service du gouvernement provincial. Malheureusement, il y a des gens qui pensent que le Québec est bilingue et qui veulent se faire servir en anglais. Alors, on nous offrait des cours d’anglais sur nos heures de lunch.

Mais nous, dont nos ancêtres arrivant de la France ont construit ce Québec et son folklore, c’est normal qu’on veuille protéger notre langue, celle de Molière. Si les gens veulent parler et vivre en anglais, il y a tellement de pays qui sont anglophones. Toutefois, nous sommes prêts à dispenser des cours de français aux nouveaux-arrivants et aux «moins nouveaux-arrivants».

Le problème est que nous nous laissons faire et nous sommes manipulés par les publicités et stars américaines et que ça fait in de parler anglais.

J’ai habité presque un an en France et croyez-moi, personne ne vous parlera anglais, même si vous êtes anglophone. Pourtant, eux aussi ont été envahis par le passé et ils sont fiers de parler français. Nous aussi sommes fiers d’être Québécois-français. Les gens qui continuent à parler anglais ici, au Québec, c’est qu’ils le parlent à la maison et cela alimente des débats linguistiques en publics ensuite. C’est un phénomène qui revient fréquemment,  tant avec Pauline Marois et maintenant avec Caroline St-Hilaire.

Soignons et protégeons notre langue, c’est la plus belle au monde! Du temps de Louis XVI, c’était la noblesse en Europe, la langue française; même Mozart le parlait!

Écoutez, pour votre plaisir, un texte en français, en anglais, en allemand, en turc, en arabe, en cantonais, en espagnol et en italien, et dites-moi lequel est le plus mélodieux, harmonieux et doux à l’oreille? Le français remporte la palme.

Le français, c’est plus qu’une langue; c’est un mode de vie agréable et amical.

Johanne Joyal

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des