Le gouvernement prêt à faire des efforts financiers pour aider les infirmières

Le gouvernement prêt à faire des efforts financiers pour aider les infirmières
Le premier ministre François Legault lors de son point de presse mardi. (Photo : (Photo - capture d'écran))

François Legault n’a pas caché que le réseau de la santé était à bout de souffle. Alors que son gouvernement est en pleine négociation avec les différents syndicats du personnel infirmier, le premier ministre a indiqué être prêt à délier les cordons de la bourse pour réduire la surcharge de travail.

«Je comprends la fatigue, je comprends la frustration, a-t-il lancé. Je comprends qu’on avait promis qu’il n’y aurait plus de temps supplémentaire obligatoire. Mais on est dans une situation spéciale. On affiche des postes et ils ne se comblent pas. Je vous assure que je maintiens le contact avec la présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, qui négocie avec les syndicats. Je suis prêt à faire des efforts financiers pour réduire la surcharge de travail, mais il faut respecter la capacité de payer des Québécois.»

Dans l’optique où le gouvernement ne souhaite pas augmenter le fardeau fiscal des citoyens, M. Legault a indiqué à plus d’une reprise que la hausse de salaire ne pouvait excéder celle de l’inflation.

Rappelons qu’hier, des infirmières et inhalothérapeutes ont bloqué les ponts de Québec et Jacques-Cartier pour dénoncer la situation qui commande du temps supplémentaire obligatoire.

Travailler ensemble

Le premier ministre est revenu sur les mesures demandées au début du mois. Il les a qualifiées de dures. Mais François Legault assure que son gouvernement essaie de trouver un équilibre dans la balance des inconvénients. «Au fur et à mesure qu’on pourra relever des restrictions, on va le faire, a-t-il laissé entendre. Mais c’est important de toujours limiter les contacts.»

La levée des restrictions viendraient servir les gens dont la santé mentale a été fragilisée. Que ce soit par les mesures à l’école, la mise sur pause des sports ou la solitude. M. Legault a d’ailleurs invité les Québécois qui connaissent une personne seule à aller les visiter.

On a rappelé l’importance de travailler ensemble dans le processus de dépistage, traçage et isolation. Un élément positif demeure qu’un million de Québécois ont téléchargé l’application Alerte-COVID.

«Les inquiétudes, d’il y a trois semaines, de monter à 1500 cas par jour, on n’est pas là, a rappelé François Legault. On se tient plus autour de 1000 cas, parce que les citoyens suivent les mesures.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires