Actualités
Éducation
COVID-19

Le retour en classe est «nécessaire», selon le ministre de l’Éducation

lundi le 27 avril 2020
Modifié à 16 h 41 min le 27 avril 2020
Par Vicky Girard

vgirard@gravitemedia.com

Après l’annonce du premier ministre François Legault de rouvrir les écoles primaires le 27 avril, les ministres de l’Éducation et de la Famille, Jean-François Roberge et Mathieu Lacombe, ont précisé cet après-midi le plan de réouverture, incluant la bonification des services pédagogiques pour ceux qui ne retourneront pas en classe les 11 et 19 mai. M. Roberge précise que le retour «graduel, prudent et volontaire» serait «vraiment favorable» pour les élèves en difficulté d’apprentissage, qui étaient en échec ou qui ont des besoins particuliers, si c’est possible pour eux de le faire. Il demande d’ailleurs aux enseignants de contacter les familles de ces élèves rapidement. Les parents devront pour leur part aviser la direction de l’école une semaine avant l’ouverture afin que les établissements puissent planifier le retour adéquatement. De l’avis du ministre, la reprise de l’école est possible, mais surtout nécessaire pour des raisons de santé mentale, entre autres. «Il faut que les élèves puissent recommencer à vivre le plus normalement possible dans le contexte», fait valoir M. Roberge. Pour les élèves du secondaire, qui ne retourneront pas à l’école avant septembre, «ça ne veut pas dire que les apprentissages ne se poursuivront pas», laisse-t-il savoir. Pour la formation générale aux adultes, les recommandations de la Santé publique permettent l’organisation d’activités de demi-groupes, pour l’apprentissage technique, dans des domaines comme la soudure. M. Roberge réitère que les cégeps et universités resteront fermés, puisque l’apprentissage se fait bien en ligne. Inquiétudes La vie scolaire sera différente, indique M. Roberge en considérant les inquiétudes des parents et du personnel en milieu scolaire. La distanciation sociale de deux mètres sera appliquée et les groupes seront d’un maximum de 15 élèves par classe et de la moitié des ratios habituels en services de garde, notamment. Il n’est pas recommandé au personnel de plus de 60 ans ou ayant des conditions médicales particulières de revenir. Cela s’applique également aux élèves à risque ou ayant des parents vivant avec des problèmes de santé ou ayant des symptômes de la COVID-19. Encadrement pédagogique Le portail École ouverte et les trousses pédagogiques hebdomadaires du gouvernement du Québec, ainsi que le partenariat avec Télé-Québec, resteront en place. Néanmoins, le ministère de l’Éducation a annoncé quatre nouvelles mesures: -Dès le 4 mai, l’ensemble du personnel aura accès aux services de garde; -Sur invitation seulement, les parents pourront aller récupérer le matériel pédagogique et se faire prêter du matériel, comme des ordinateurs; -Une entente avec Telus et Apple permettra de fournir des tablettes connectées à un réseau LTE aux élèves; -Dès le 4 mai, la TELUQ, offrira une formation gratuite de 20h par le sur la technopédagogie et l’enseignement à distance à tous les enseignants du Québec. Services de garde Les services de garde éducatifs reprendront également de façon graduelle et volontaire, indique le ministre de la Famille. M. Lacombe précise que la place des enfants sera maintenue sans frais si leurs parents décident de les garder à la maison pour le moment. La tarification habituelle s’appliquera pour ceux qui y enverront leurs enfants. Le 11 mai marquera la fin des services de garde pour les travailleurs essentiels à l’extérieur de la CMM, puis le 19 mai à l’intérieur du territoire, suivant le même calendrier que pour les écoles primaires.