Les années 1960 et le temps des Fêtes

Les années 1960 et le temps des Fêtes
La maison de la rue Saint-Georges, où la famille de Jean-Guy Campeau se réunissait dans le temps des Fêtes. (Photo : Gracieuseté)

Vous rappelez-vous le temps des Fêtes dans les premières années de Ville Jacques-Cartier?

À Noël, il n’était pas question de chercher un centre commercial ou un grand magasin local pour faire nos achats. C’étaient plutôt les grandes excursions en autobus et en tramway pour visiter le centre-ville de Montréal : la visite chez Eaton, Simpson’s, Dupuis & Frères, la rue Ontario, la rue Saint-Hubert, etc.

Rappelez-vous : Laval Transport, Chambly Transport, Inter-Cité Transport, le terminus de la rue Bordeaux, etc. Il n’y avait pas de métro et la qualité des autobus variait énormément. C’était la période des apprentissages pour les jeunes qui, bientôt, seraient des adolescents.

Pour les grandes familles, c’était plutôt la sortie des parents que celle de la famille. Il y avait alors de nombreuses gardiennes chez les voisins du quartier, même pour les grandes familles à garder, et il n’y avait pas beaucoup d’argent pour les rémunérer. Il n’était pas question d’acheter en ligne, à moins de recevoir les catalogues par la poste!

Les épiceries du coin faisaient des affaires d’or et on y trouvait de tout pour se faire de joyeux festins. On pouvait même commander à l’avance!

Rappelez-vous les trois messes de minuit et le jeûne qui devait précéder la communion. Trois messes… c’était long, à jeun! Mais rappelez-vous aussi les retours en famille à la maison, dans la neige, en chantant les cantiques, avec l’espoir de partager les cadeaux.

En entrant à la maison, la bonne odeur de la dinde au four et des fèves au lard qui cuisaient lentement, les bonbons qui nous attendaient après le jeûne de l’Avent, les piles de manteaux sur les grands lits des parents et les amoncellements de bottes d’hiver dans le bain…

Rappelez-vous d’avoir apprécié vos jouets jusqu’au matin pendant que vos parents dormaient un peu après la distribution des cadeaux; rappelez-vous les déjeuners du matin de Noël alors que personne ne faisait sonner le téléphone pour prendre des nouvelles; rappelez-vous ces jours de Noël où personne ne venait vous déranger et où la journée se passait lentement en vous permettant d’échanger avec vos frères et sœurs… jusqu’à l’heure du souper, pour manger les restes de dinde et de tartes! Que c’était bon!

Jean-Guy Campeau, ancien résident de Ville Jacques-Cartier et bénévole à la Société historique et culturelle du Marigot

 

Nos aînés ont une histoire à partager

Dans le cadre du projet Nos aînés ont une histoire à partager de la Société historique et culturelle du Marigot, financé par le Programme Nouveaux horizons pour les aînés, des bénévoles aînés contacteront des personnes âgées pour échanger au sujet de Ville Jacques-Cartier.

L’un des bénévoles, Jean-Guy Campeau, nous livre ici ce témoignage sur le temps des Fêtes.

La Société invite ceux qui ont habité Ville Jacques-Cartier et qui sont intéressés à partager leur histoire lors de conversations à lui écrire au shm@marigot.ca. Cela se fera dans le respect des règles sanitaires, au téléphone ou par Zoom, à leur guise.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Rolande
Rolande
30 jours

Wow! merci de ce partage de souvenirs!