Les bloquistes promettent du pouvoir aux électeurs québécois à Ottawa

Photo de Vanessa Picotte
Par Vanessa Picotte
Les bloquistes promettent du pouvoir aux électeurs québécois à Ottawa
:Les candidats Stéphane Bergeron, Denis Trudel et Cathy Lepage en entrevue avec Le Courrier du Sud (Photo : Ali Dostie - Le Courrier du Sud)

Avec un Bloc Québécois fort et qui obtiendrait la balance du pouvoir, les candidats bloquistes du territoire promettent «de représenter les intérêts de la Rive-Sud à Ottawa» pour aller chercher ce que la région a besoin pour se développer et rayonner.

Pour les candidats bloquistes Stéphane Bergeron (Montarville), Denis Trudel (Longueuil–Saint-Hubert) et Cathy Lepage (Longueuil–Chales-Lemoyne), il est plus que temps que «notre région, notre agglomération soit à nouveau représentée à Ottawa».

«On s’ennuie de ces belles années où notre région avait une voix à Ottawa, laisse tomber Stéphane Bergeron, qui fait un retour en politique fédérale après avoir été député péquiste de la circonscription de Verchères–Les Patriotes de 1993 à 2005. En ce moment, c’est Ottawa qui a une voix dans la région et ce n’est pas normal!»

Même si leur parti a connu son lot de difficultés et de querelles au cours des dernières années, les trois candidats assurent que «tout ça est maintenant derrière».

«Je pense que c’est normal quand un paquet de gens partagent une même vision, un même rêve, que ça crée des tensions, explique Denis Trudel, qui a également été candidat bloquiste en 2015. Mais il y a aussi des moments où nous sentons que tout le monde marche dans la même direction. C’est exactement ce que nous ressentons en ce moment!»

Tous les trois donnent d’ailleurs énormément de crédit au chef du parti Yves-François Blanchet, qui a réussi à «rassembler et réunirent» tous les bloquistes.

«Le plat de bonbons ne nous intéresse pas!»

Stéphane Bergeron rappelle qu’il y a «une différence fondamentale entre un parti de pouvoir et le Bloc Québécois».

«Leur seul objectif est de prendre le pouvoir, d’avoir les limousines et d’avoir les deux mains dans le plat de bonbons, illustre-t-il. Le Bloc Québécois n’aspire pas à prendre le pouvoir et le plat de bonbons ne nous intéresse pas. Ce qui nous intéresse, c’est l’avenir du Québec et d’être les porte-voix des Québécois.»

Pour la candidate Cathy Lepage, le Bloc est «plus pertinent que jamais».

L’environnement au cœur de tout

Le Bloc Québécois mise entre autres sur l’environnement pour séduire les électeurs. Avec une proposition ambitieuse comme la péréquation verte – une réforme fiscale qui remodèlerait la taxe de carbone, déplacerait une partie de l’impôt sur le revenu vers la fiscalité verte et reverrait la formule de péréquation pour y inclure des incitations à lutter beaucoup plus activement contre les changements climatiques –, le parti souhaite changer le régime fiscal actuel pour mettre de l’avant le principe de pollueur-payeur.

«Les provinces performantes comme le Québec seraient gagnantes! Nous produisons environs 8 tonnes de gaz à effet de serre par habitant alors qu’en Alberta, c’est 65 tonnes par habitant, illustre Denis Trudel. Ils vont arrêter de nous faire sentir coupables en disant qu’ils payent pour nos programmes sociaux! Si rien ne se passe, c’est nous qui allons payer pour toutes les saloperies que l’Alberta met dans le ciel du Canada en ce moment!»

Le Bloc Québécois propose également de déposer une loi fixant des objectifs de réduction des GES conformes aux objectifs de Paris, d’arrêter immédiatement les subventions aux énergies fossiles et de déposer une loi zéro émission qui obligerait chaque manufacturier à vendre un minimum de voitures à zéro émission en fonction du nombre de voitures à essence vendues.

Les candidats sont cependant unanimes: il est impossible de réaliser cette transition environnementale sans réfléchir à tout l’aspect social.

«Ce tournant va demander de soutenir les familles à revenus modestes pour qu’elles puissent elles aussi participer et emboîter le pas, avance Cathy Lepage. Il y a des gens qui voudraient bien, mais ils veulent manger aussi, se loger et vivre décemment.»

Des investisssments en transport collectif

Le transport collectif est également au cœur des préoccupations des candidats bloquistes, qui estiment qu’il s’agit de «l’enjeu de l’heure» pour la région.

«Personne ne va abandonner son auto si les services ne sont pas au rendez-vous, lance Stéphane Bergeron. Si les services ne sont pas confortables, efficaces, rapides et abordables, les gens vont toujours préférer l’auto-solo.»

Cathy Lepage estime également que Longueuil est «50 ans en arrière au plan du développement du transport collectif», rappelant l’augmentation du nombre de familles qui se sont installées sur le territoire au cours des dernières décennies.

En cessant les subventions aux énergies fossiles comme le propose le Bloc, Denis Trudel estime que de nombreux projets de transport collectif pourraient finalement aboutir. «L’argent existe pour ces projets, c’est une question de choix», estime-t-il.

Si les candidats trouvent qu’il est plutôt dispendieux de se rendre à Montréal en transport collectif, ils soulignent également la piètre offre de transport intermunicipal.

«C’est un gros problème, le déplacement d’est en ouest, estime Cathy Lepage. Si on part de Longueuil et qu’on veut se rendre à La Prairie, c’est un combat de titans!»

Engagements électoraux de Marie-Claude Diotte

La candidate bloquiste dans Brossard–Saint-Lambert Marie-Claude Diotte, absente lors de l’entrevue, a tout de même présenté quelques-uns de ses engagements électoraux au journal.

Marie-Claude Diotte

La candidate bloquiste s’engage tout d’abord à protéger les fleurons québécois. La femme d’affaires estime que «nous devons nous battre pour conserver nos sièges sociaux chez nous».

Dans la même lignée que son chef, Mme Diotte souhaite défendre les consensus québécois. Elle cite en exemple la laïcité de l’État, à laquelle certains partis fédéraux s’opposent.

Elle souhaite également donner aux aînés «les moyens nécessaires pour conserver leur pouvoir d’achat» en haussant les pensions de vieillesse. «Nos ainés ont déjà fait largement leur part pour la société, nous devons continuer de les appuyer.»

Sur la question de l’environnement, la candidate rappelle les propositions faites par le Bloc, soit l’arrêt des nouveaux projets pétroliers et gaziers pour ainsi diminuer d’au moins de moitié les émissions de GES d’ici 10 ans et atteindre la neutralité carbone avant 2040.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
RAYNALD TRUDELLE Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
RAYNALD TRUDELLE
Guest
RAYNALD TRUDELLE

Bonjour madame Diotte, je déplore votre absence dans le paysage visuelle de ma région (Brossard) je me demande quelle sera l’incidence de cela si plein de monde comme moi ne peuvent mettre un visage sur une décision si importante sur un bulletin de vote.En tant que retraité j’ai le temps de faire des recherches ce que je pense qu’une majorité de personnes ne peuvent faire. » UNE PHOTO VAUT MILLE MOTS » La répétition du message s’encre dans la mémoire.
Bonne campagne
RT