Les citoyens invités à se faire dépister dès les premiers symptômes

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Les citoyens invités à se faire dépister dès les premiers symptômes
(Photo : Le Courrier du Sud - Denis Germain)

Le CISSS de la Montérégie-Centre invite ceux qui ressentent des symptômes de la COVID à se faire dépister rapidement, et à garder à la maison et faire tester son enfant qui présente des symptômes comme de la toux, de la fièvre, de la diarrhée, des vomissements ou de la grande fatigue.

Puisque la grippe ne circule pas actuellement, il est possible que ce soit la COVID.

La directrice de santé publique de la Montérégie, Dre Julie Loslier, réitère par voie de communiqué le message lancé il y a quelques jours sur Facebook.

«En vous isolant dès les premiers symptômes et en vous faisant tester rapidement, vous contribuerez à l’effort collectif que nous faisons afin de réduire la circulation de la COVID dans la communauté. Votre collaboration est cruciale et peut faire la différence dans le combat que nous menons actuellement contre ce virus», insiste-t-elle. Le CISSS de la Montérégie-Centre rappelle que les symptômes les plus courants de la COVID sont la fièvre, la toux, une grande fatigue, une perte d’appétit importante, une perte de goût et de l’odorat sans congestion nasale.

Il est possible d’en savoir plus en consultant le guide d’autoévaluation des symptômes, et de prendre rendez-vous en remplissant un formulaire en ligne (https://www.santemonteregie.qc.ca/conseils-sante/coronavirus-covid-19) ou en contactant le 450 644-4545.

«La vaccination contre la COVID en cours actuellement dans la Montérégie nous donne l’espoir de retrouver une vie normale. Toutefois, ce n’est vraiment pas le temps de relâcher notre vigilance parce que le virus est actuellement très actif dans la communauté», conclut Dre Loslier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Denis Beaulé
Denis Beaulé
1 mois

Très gentille et sympa, Dre Loslier.

Il y a vingt-trois ans, est arrivé un moment où la ‘vie’ de la Ville — (ou en Ville) — ne tînt plus qu’à un fil (de transport électrique). Aujourd’hui, maintes et maintes vies, à nouveau, ne tiennent plus qu’à un fil, suivant le lucide et rationnel constat énoncé par Dre Amélie Boisclair, entre autres notamment.

Nous voilà arrivé.e.s à l’heure de délestages. Mais pas que. Maints autres « ages » s’y greffant ou étant constatés, tels délaissage*, trichage, triage.

Triage ?

Oui, triage. Lequel n’est pas qu’à venir mais déjà en cours. Et ce depuis assez longtemps déjà. Presque depuis le début. Puisque, rétrospectivement, devra-t-on reconnaître que des vies — (et plusieurs) — auront été sacrifiées à covidixneuf. Du fait d’une nette privilégiation de prise en charge de malades atteint.e.s de covidixneuf, au détriment d’autres malades atteint.e.s d’autres maux ou maladies. 

Poléthique et mathéthique

Ça ne ‘balance’ pas! Car, oui, toutes vies se valent. Vieilles comme plus jeunes. Mais, justement, si toutes vies se valent, on ne peut, rationnellement, agir de telle sorte qu’on en sauve moins qu’il s’avérerait possible de le faire, parce que privilégiant nettement le traitement, éminemment plus l o n g, de personnes aux prises avec covidixneuf, à celui d’autres personnes qui requerraient moins de soins — (et donc de soignant.e.s) — ou moins de temps.

Ne s’imposerait-il donc pas, pour ce, de revisiter, à la fois aussi rapidement que possible et non moins soigneusement, le modèle actuellement privilégié, qui ne semble pas être le plus… sage (autre ‘age’) ou équitable en ce moment ?

 
*
https://www.nouvelobs.com/videos/x7yp9um.DMT/cette-etudiante-a-ecrit-une-lettre-de-desespoir-a-emmanuel-macron-elle-nous-l-a-lue.html