Les lauréats des Grands Prix du livre de la Montérégie sont dévoilés

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Les lauréats des Grands Prix du livre de la Montérégie sont dévoilés
Mathieu Blais (Photo : Gracieuseté)

Reportée depuis mai, la remise des Grands Prix du livre de la Montérégie a couronné les auteurs François Hébert, Nadine Descheneaux, Mathieu Blais et Stéphanie Deslauriers, à la Maison Gisèle-Auprix-St-Germain de Longueuil, le 22 septembre.

Le prix Arlette-Cousture a été décerné à François Hébert pour Miniatures indiennes. Ce prix annuel est décerné à l’auteur d’un roman, d’un récit littéraire ou d’un recueil de nouvelles.

«Miniatures indiennes est un livre déroutant qui propose un voyage dont la destination est sans cesse changeante, s’est exprimé le jury. Composé de multiples fragments, le récit se construit petit à petit et file tel un court métrage d’animation au cinéma.»

Détenteur d’un doctorat sur l’œuvre d’André Malraux, François Hébert a été professeur de littérature à l’Université de Montréal durant 30 ans, directeur la revue Liberté, et critique littéraire au Devoir et à Radio-Canada. En 2019, il a publié aussi Des conditions s’appliquent, livre de poésie.

C’est Nadine Descheneaux qui reçoit le prix Bernadette-Renaud pour Dernier départ pour l’Ailleurs, publié en 2018. Ce prix bisannuel est décerné à l’auteur d’un texte jeunesse.

Le jury a affirmé avoir été touché par ce récit au ton intime et authentique: «Une plongée poétique introspective dans les méandres de la sensibilité d’une adolescente en proie aux questionnements identitaires par une métaphore de l’aéroport, symbole d’enfermement sur soi, d’anonymat, mais aussi de liberté et de possibilités.»

Journaliste et écrivaine, Nadine Descheneaux écrit beaucoup pour la jeunesse. L’auteure a été finaliste plusieurs fois à divers prix littéraires, et cinq fois boursière du Conseil des arts de Longueuil.

L’auteur Mathieu Blais n’en est pas non plus à son premier honneur. Il remporte le prix Rina-Lasnier pour Sudan et Najin et Fatu. Ce prix récompense l’auteur d’une œuvre poétique.

«Un livre d’une créativité verbale et d’une puissance expressive qui forcent l’admiration, a commenté le jury. Placé sous le signe de la fable, ce recueil prend une ampleur étonnante par son audace où se mélangent l’onirisme souvent cauchemardesque, parfois euphorique et le réalisme le plus terre-à-terre.»

Titulaire d’un doctorat en études littéraires, le poète, romancier et nouvelliste enseigne la littérature au cégep Édouard-Montpetit. Il a remporté le prix Rina-Lasnier en 2014 et 2016 et deux de ses romans ont été finalistes au prix Arlette-Cousture.

Mathieu Blais est finaliste au Prix de la nouvelle Radio-Canada 2020. Il vient de faire paraitre un poème dans la revue internationale de poésie contemporaine Place de la Sorbonne et un autre dans la revue belge Traversées.

Enfin, le Grand Prix du livre catégorie Tout-petits a été accordé à Stéphanie Deslauriers pour La lune qui ne voulait pas faire de vagues.

Le jury a souligné l’originalité d’avoir la lune comme personnage principal. «Un texte bien construit, qui rallie l’imaginaire au documentaire, et qui nous rappelle que nous sommes tous uniques et utiles!»

L’album jeunesse de Stéphanie Deslauriers Laurent, c’est moi! était finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général dans la catégorie Littérature jeunesse – livres illustrés – 2019.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires