L’hébergement Carrefour pour elle: un «pouvoir combiné»

L’hébergement Carrefour pour elle: un «pouvoir combiné»

Marlène Poirier

Crédit photo : Archives - Le Courrier du Sud

Force est d’admettre que les 4300 appels répertoriés en une année sur la ligne d’écoute justifient à eux seuls la raison d’être des services offerts par une maison d’hébergement comme le Carrefour pour Elle.

Mais l’an dernier, le Carrefour a également accueilli 88 femmes et 114 enfants en hébergement, sa principale vocation. Avec une présence moyenne de 19 personnes par jour dans l’établissement, le taux d’occupation était de 97%. Et certains séjours pouvaient aller jusqu’à trois mois, l’hébergement moyen tournant autour de 35 jours.

«La mission de la maison est d’héberger et d’accompagner ces femmes et ces enfants victimes de violence conjugale dans leur demande d’aide social, leurs démarches juridiques et autres», explique la directrice générale Marlène Poirier.

Située à Longueuil, la maison d’hébergement Carrefour pour Elle existe depuis 1975. Il s’agit de la première maison de ce type au Québec. Elle offre un service 24 heures par jour, 7 jours par semaine.

Ce service, il ne serait pas possible sans l’équipe de Mme Poirier; sa plus grande fierté.

«Nous avons une équipe très solidaire et stable. Nous gardons notre mandat et nous sommes dévoués à la cause, affirme la directrice générale. C’est grâce aux bénévoles qui s’impliquent et qui organisent les activités que nous avons une maison qui offre d’aussi bons services. C’est notre pouvoir combiné.»

Cocktail gourmet
La Fondation Carrefour pour Elle organise un cocktail gourmet où 200 convives sont attendus, le 18 octobre, à 18h, à la Plaza Rive-Sud de La Prairie.

L’événement bénéfice sera animé par Isabelle Racicot pour une deuxième année consécutive. L’artiste invitée sera Kim Richardson.

Un encan interactif s’effectuera également pendant la soirée.

Il s’agit de l’événement bénéfice le plus lucratif de la Fondation. L’objectif est de récolter 80 000$, soit 2000$ de plus que l’an dernier.

Les profits serviront à défrayer le service externe auprès de plus de 400 femmes, lors de suivis de groupe ou individuel, et au service de sensibilisation qui rejoint près de 5300 personnes, dont environ 4000 étudiants.

«C’est grâce à la Fondation qu’on peut offrir tous ces services», conclut Mme Poirier.

Depuis 32 ans, la Fondation a remis plus de 3,2 M$ à l’organisme.

Poster un Commentaire

avatar