L’heure des bilans

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
L’heure des bilans
La mairesse Sylvie Parent et le chef de l'opposition Xavier Léger (Photo : YouTube - Ville de Longueuil)

«Nous étions en territoire inconnu, nous avons dû réagir et nous avons dû nous adapter. Nous l’avons fait et nous continuerons de le faire jusqu’à la sortie de cette crise», a adressé la mairesse Sylvie Parent, à la dernière séance du conseil de l’année 2020.

La mairesse a profité de son temps de parole en début et en fin de séance pour faire un retour sur cette année «pas comme les autres» qui a été difficile pour plusieurs. Elle a rappelé les pertes d’emplois, les entreprises qui ont subi le choc économique ou encore les travailleurs de la santé qui «encore aujourd’hui soutiennent le système de santé à bout de bras».

Elle a aussi souligné le travail des organismes communautaires qui, plus que jamais sollicités, ont su remplir leur mission, ainsi que le travail des employés municipaux qui ont dû maintenir et «parfois même réinventer» les services aux citoyens.

«Longueuil est une communauté tissée serrée, et nous l’avons encore une fois démontré», a-t-elle évoqué.

Puisque la pandémie est loin d’être terminée, elle a appelé les citoyens à demeurer disciplinés «pour nos familles, nos voisins et toute la communauté».

En vue de la prochaine année, Mme Parent a rappelé que les citoyens ont de grandes attentes et que celles-ci ne diminueront pas.

Alors que la séance visant l’adoption du budget 2021 a été particulièrement houleuse, Mme Parent a soutenu que «le conseil municipal est une institution et c’est un privilège d’en être membre. Un privilège qui vient avec des responsabilités. Je nous invite collectivement à prendre la pause des Fêtes pour réfléchir à tout cela».

Le «bye bye» de Xavier Léger

De son côté, le chef de l’opposition Xavier Léger s’est dit fier que son parti ait été une «opposition constructive en 2020».

Concernant la gestion de la pandémie, il estime ne pas «toujours avoir eu l’impression qu’on a fait le maximum qu’on pouvait. Peut-être parce que le gazon est plus vert chez le voisin. Cet hiver, la glace sera plus belle chez nos voisins», a-t-il reproché, faisant allusion à l’offre de services des patinoires extérieures.

Sur le plan environnemental, il a souligné que la mise à jour de l’inventaire des émissions de GES de la Ville ainsi que le plan d’action en la matière sont toujours attendus.

Alors que Devimco a dévoilé en mai son projet immobilier de 500 M$ pour le centre-ville, M. Léger s’est demandé, «après 3 ans de promesses et de maquette, où en sommes-nous? Je cherche la vision rassembleuse qu’on nous avait promise».

Concernant l’annonce du transfert de la gestion de projet de Léeo à la CDPQ Infra, il a dit ne pas partager l’enthousiasme de la mairesse. «Je suis inquiet qu’on pourrait devenir de simple spectateur chez nous.»

Il est aussi revenu sur le dossier de la rémunération de la mairesse. Cette dernière avait proposé de réduire de 40 000$ son salaire à la Ville. Malgré cela, elle «aurait été la plus payée dans sa rémunération globale», qui devrait dépasser les 250 000$ cette année, insiste le chef de l’opposition.

«C’est largement au-dessus de tous les autres maires du Québec. On a choisi de voter contre un faux compromis qui nous apparaissait déraisonnable et franchement indécent», a-t-il conclu.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Ganaud
Ganaud
2 mois

Bel argument pour voter contre la réduction du salaire de la mairesse

Bouquie
Bouquie
2 mois

Petite politique…Les élus(es) se frottent le ventre sur tout ce qui leur semble bien ait été accompli, pendant que de l’autre côté de la salle on se vautre que ceux d’en face ont exagérés(es) ou ignorés(es) ou oubliés(es) le reste. Chacun sa suce et on continue. Mais disons que les cadeaux sous l’arbre seront un peu plus volumineux chez la mairesse que chez moi.