Longueuil: hausse de taxes sur un budget de 447,4 M$

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie

Le compte de taxes des Longueuillois subira une hausse moyenne de 2,5% pour la prochaine année, afin de suivre l’augmentation des dépenses, malgré des revenus additionnels provenant du développement immobilier et du pacte fiscal. Le budget 2020 de Longueuil se chiffre à 447,4 M$, soit 20,4 M$ (4,8%) de plus qu’en 2019.

L’augmentation de 7,9 M$ de la quote-part d’agglomération, dont le budget a été adopté la semaine dernière, est l’un des principaux facteurs exerçant une pression à la hausse sur le budget 2020.

La hausse s’explique aussi par l’indexation de certaines dépenses (rémunération, déneigement, marquage de chaussée et prix du carburant) ainsi que divers projets comme la poursuite de la collecte des matières organiques (500 000$), la création du programme d’aide aux citoyens pour la lutte à l’agrile du frêne (350 000$) et la bonification des heures d’ouverture les soirs et fins de semaines du service aux citoyens 311 (146 000$).

Les investissements en travaux publics ont augmenté de 7,4%, ce qui inclut notamment le déneigement. À lui seul, il a crû de 2,2 M$ pour atteindre 22,1 M$. Il en coûte aussi plus cher pour la collecte et le transport des matières résiduelles et les services liés à l’eau (+2,5M$) ainsi que les travaux de voirie (+1,2M$).

Un montant de 60 000$ a été ajouté afin de mieux répondre aux plaintes en lien à l’éclairage des parcs et rues.

Taxes

La hausse de 2,5% se traduit par une augmentation de 70$ sur un compte de taxes de 2890$, pour une propriété familiale moyenne de 310 000$.

Dans la catégorie des six logements et plus, l’augmentation est de 2,9%. Ce sont toutefois les bâtiments industriels qui encaissent la hausse la plus forte, soit 3,6%.

Cette hausse de taxes signifie des revenus supplémentaires de 9,2 M$ dans les coffres de la Ville.

Comme elle l’avait fait en séance extraordinaire la semaine dernière, la mairesse Sylvie Parent a comparé la «position avantageuse» de Longueuil par rapport à d’autres grandes villes du Québec quant au niveau de taxation. La hausse de taxes moyenne des cinq dernières années est de 5,4% à Longueuil.

Une bonne performance notamment attribuable aux deux gels de taxes consécutifs de 2018 et 2019.

Dans un point de presse quelques heures avant que le budget ne soit soumis à l’adoption par le conseil municipal, la mairesse a toutefois soutenu qu’un gel de taxes a toujours «un effet qui va finir par transparaître dans les choix futurs. Une pause est toujours appréciée des citoyens, mais dans la réalité, les coûts augmentent, les citoyens veulent plus de services.»

Rappelons que les deux gels consécutifs sont une promesse du parti de l’opposition, qui était majoritaire au moment de l’adoption des budgets 2018 et 2019. L’an dernier, Mme Parent avait d’ailleurs présenté l’exercice budgétaire 2019 comme un «budget de compromis».

«Ce n’est pas vrai que je vais continuer dans cette voie, ce serait de nous mettre à risque, car on sait qu’on a de grandes factures qui s’en viennent, notamment en transport en commun. Je prends la voie de la responsabilité.»

Mme Parent estime qu’il aurait été plus sage d’étaler cette hausse sur trois ans.

La semaine dernière, les trois élus de l’opposition officielle ont exprimé leurs réticences à l’égard de cette hausse de taxes, tout comme le président de l’opposition Robert Myles. M. Myles revenait ainsi sur sa position des jours précédents, où il qualifiait la hausse de «raisonnable».

D’ici l’harmonisation en 2022

La hausse la plus marquée du compte de taxes du secteur résidentiel (5 logements et moins) est dans l’arr. de Greenfield Park (+3,2%). Les résidents de l’arr. du Vieux-Longueuil bénéficient de la hausse la plus faible (+2,3%).

Ces écarts entre les arrondissements et secteurs de Longueuil disparaîtront en 2022. D’ici là, la marche à monter pour atteindre un taux moyen est plus élevé pour certains arrondissements.

Les administrations des villes fusionnées doivent harmoniser les comptes de taxes «20 ans après les fusions», soit en 2022 pour Longueuil, qui a fait le choix d’échelonner sur deux décennies cet exercice d’harmonisation.

C’est ce qui explique la hausse plus élevée dans l’arr. de Greenfield Park qui avait, au moment des fusions, un taux de taxation plus faible que les anciennes villes qui forment aujourd’hui Longueuil.

Malgré ce taux de taxation qui était plus faible il y a plusieurs années, le compte de taxes demeure le plus élevé, car la dette de Greenfield Park est aussi plus considérable.

Dette

Au 31 décembre 2019, la dette nette de la Ville de Longueuil est estimée à 382,7M$.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des