Main-d’œuvre et transport au cœur des priorités de la CCIRS

Photo de Philippe Lanoix-Meunier
Par Philippe Lanoix-Meunier
Main-d’œuvre et transport au cœur des priorités de la CCIRS
Le président de la CCIRS Richard D’Amour (Photo : Denis Germain - Le Courrier du Sud)

Pour le président Richard D’Amour, les transports et la main-d’œuvre ont été au cœur des priorités de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS) en 2019.

«Les deux axes, soit le transport et la disponibilité de la main d’œuvre sont intimement liés, mentionne d’entrée de jeu Me D’Amour. Il faut disposer d’un réseau de transport efficace si l’on veut être en mesure d’attirer la clientèle. Je crois que des gestes concrets ont récemment été posés en ce sens par les différents paliers de gouvernement et je dois dire qu’il était temps parce que les besoins sont bien réels dans la région.»

Le président voit d’un très bon œil l’aboutissement du projet du nouveau pont Champlain, l’ouverture prochaine du Réseau express métropolitain ainsi que les annonces qui ont été faites concernant le prolongement de la ligne jaune et l’élargissement de l’autoroute 30.

«Ça fait longtemps que je n’ai pas senti autant d’effervescence sur la Rive-Sud, ajoute-t-il. Je sens qu’il y a une collaboration de tous les acteurs économiques et de tous les élus, qui travaillent dans le même sens. La Coalition A-30 en est un excellent exemple, selon moi.»

Me D’Amour mentionne également que la Rive-Sud jouit maintenant d’un poids politique important, ce qui n’était pas nécessairement le cas ces dernières années.

«Le région a toujours pu compter sur des élus de qualité, c’est indéniable, affirme-t-il. Néanmoins, j’ai le sentiment que Québec et Ottawa sont aujourd’hui plus à l’écoute des besoins que nous avons ici, notamment en matière de transport.»

Le président souligne que c’est d’ailleurs le rôle de la CCIRS d’attirer l’attention des élus sur les besoins économiques de la région.

«Nous sommes là pour nous assurez que ces projets ne seront pas tablettés, affirme Me D’Amour. Peu importe le gouvernement en place à Québec ou à Ottawa, nous sommes près à travailler avec eux.»

Visibilité

Selon son président, la CCIRS s’est fait voir au cours de l’année dernière.

«La Chambre est plus visible depuis un certain temps, notamment avec les capsules vidéo diffusées sur notre site Web et sur nos réseaux sociaux, ainsi qu’avec notre tournée annuelle des maires, mentionne Richard D’Amour. La CCIRS joue un rôle d’unificateur. Les gens viennent à nous et non plus l’inverse. On a aussi enregistré une augmentation de notre membership

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des