Actualités

Marie-Victorin pourrait être le premier test des Conservateurs, croit Éric Duhaime

jeudi le 29 juillet 2021
Modifié à 0 h 00 min le 30 juillet 2021
Par Geneviève Michaud

Éric Duhaime sur la rue Saint-Charles, le 28 juillet (Photo : Gracieuseté)

Si la députée provinciale Catherine Fournier accède à la mairie de Longueuil le 7 novembre, une élection partielle dans Marie-Victorin pourrait devenir le premier vrai test des Conservateurs, croit Éric Duhaime.

Chef du Parti conservateur du Québec depuis le 17 avril, Éric Duhaime était de passage dans la circonscription le 28 juillet, pour un dîner qui a réuni plus de 60 militants à la Pizzéria Longueuil.

En entrevue avec Le Courrier du Sud, l’homme politique a avancé que même si plusieurs indicateurs montrent la progression de sa formation au cours des derniers mois, une élection partielle à Longueuil serait une belle occasion de mesurer concrètement l’avancée des Conservateurs.

«Le vieux débat identitaire n’intéresse plus autant et avec le nouveau clivage politique, Marie-Victorin pourrait bien changer de couleur», croit M. Duhaime.

«Rassembler plus de 60 personnes pour un événement militant, en plein mois de juillet, dans une circonscription qui n’est pas historiquement conservatrice, ça reflète l’engouement», ajoute-t-il.

La santé comme cheval de bataille

Pour Éric Duhaime, un dossier prioritaire se démarque des autres depuis longtemps au Québec: l’état du système de santé.

«La crise sanitaire a mis en lumière l’inefficacité de notre système de santé, affirme-t-il. Alors que le système de santé est sensé être là pour sauver les Québécois, ce sont les Québécois qui ont dû se confiner pour sauver le système de santé!»

Et pour le politicien, le vrai problème du système de santé n’en est pas un de ressources, comme plusieurs l’affirment, mais bien un de gestion.

«Les gens quittent le navire parce qu’ils ont des conditions de merde, lance-t-il. C’est ce qui arrive quand un gouvernement se sert d’un décret d’urgence sanitaire pour empêcher les employés de prendre leurs vacances, pour les forcer à faire des tâches pour lesquelles ils sont surqualifiés et encore…» 

La solution, selon Éric Duhaime? Décentraliser le système, comme l’ont réclamé au gouvernement 700 médecins, dans une lettre envoyée au premier ministre François Legault au début de la pandémie.

«On est le seul parti qui va proposer concrètement de décentraliser le système, indique-t-il. On croit aussi à la concurrence et on compte proposer de mettre fin au monopole public en santé.»

Des mesures sanitaires abusives

Éric Duhaime ne mâche pas ses mots quand vient le temps d’évaluer le travail du gouvernement depuis le début de la pandémie.

«On pense que c’est abusif. Ça fait 16 mois que ça dure et on n’a pas de chiffre précis pour dire quand on va lever les mesures. L’état d’urgence sanitaire a le dos large…»

Selon lui, il n’est pas normal que le gouvernement maintienne l’état d’urgence alors que plusieurs provinces canadiennes et autres localités dans le monde ont levé le leur.

«On se sert toujours du pire exemple de la planète pour justifier le maintien des mesures. Ça fait 16 mois que la démocratie est sur pause, déplore Éric Duhaime. Jamais dans l’histoire du Québec un homme a eu autant de pouvoir aussi longtemps que François Legault… Et il est actuellement en vacances! Quand la maison brûle, les pompiers ne partent pas en vacances…»

Réduire l’iniquité entre les générations

Un autre dossier d’importance pour Éric Duhaime est l’iniquité entre les générations.

«Pour la première fois au Québec, une génération va vivre plus pauvre que ses parents, avance-t-il. Et depuis son arrivée au pouvoir, la CAQ, au lieu de réduire cet écart, l’a agrandi. On donne de l’argent à gauche et à droite et on ne fait que reporter des impôts sur la prochaine génération.»

S’il est élu lors du prochain scrutin provincial, le Parti conservateur entend donc exiger le respect de la Loi sur l’équilibre budgétaire au cours du prochain mandat.

Éric Duhaime rappelle aussi l’importance pour les Conservateurs de décentraliser en ramenant le pouvoir plus près des élus.

«Pour nous, c’est quelque chose de très positif que les municipalités veulent prendre plus de pouvoirs», dit-il.

À venir

Éric Duhaime a poursuivi sa visite de la région avec un souper au resto-pub Le Picoleur de Saint-Hyacinthe, auquel 25 militants ont assisté.

Sa tournée de la province se poursuivra tout le mois d’août. Viendra ensuite la rentrée parlementaire du 14 septembre – où la transfuge Claire Samson (Iberville) deviendra la première députée conservatrice à siéger à l’Assemblée nationale en 86 ans –, puis le congrès du 20 novembre. Le parti devrait ensuite être prêt à présenter ses premiers candidats en janvier 2022.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous