Marjorie Lajoie et Zachary Lagha en mode apprentissage chez les séniors

Photo de Vanessa Picotte
Par Vanessa Picotte
Marjorie Lajoie et Zachary Lagha en mode apprentissage chez les séniors
(Photo : Gracieuseté)

Alors qu’il compétitionne désormais aux côtés de patineurs d’expérience, le duo formé de Marjorie Lajoie et Zachary Lagha ne s’en laisse pas imposer. À sa première année chez les séniors, le couple a obtenu son laissez-passer pour les Championnats du monde qui se dérouleront en mars à Montréal.

Malgré un début de saison plus difficile, où le couple a dû s’adapter à sa nouvelle catégorie, les patineurs ont réussi à remonter la pente. Lors des Championnats nationaux de patinage artistique disputés du 13 au 19 janvier à Mississauga, en Ontario, ils sont montés sur la deuxième marche du podium, leur assurant ainsi une participation à la plus importante compétition de la saison.

«Notre objectif ultime était de terminer deuxièmes, explique Marjorie Lajoie en entrevue au Courrier du Sud. Toutefois, nous souhaitions nous concentrer sur notre performance plutôt que sur le résultat.»

La patineuse de Boucherville avoue être satisfaite de sa performance aux Championnats nationaux. Même son de cloche du côté de son partenaire, qui, malgré «quelques pertes d’équilibre», croit que le duo «ne pouvait pas faire plus».

«Nous avons apprécié le moment», ajoute le patineur de l’arr. de Saint-Hubert.

Passage difficile

Malgré un podium lors des Championnats nationaux, les deux patineurs estiment que leur saut chez les séniors cette saison n’a pas été de tout repos. Même s’ils ont obtenu le titre de champions du monde chez les juniors la saison dernière, ils estiment qu’ils n’étaient pas suffisamment préparés à leur passage à la classe supérieure.

«Nous nous améliorons à chaque compétition et nous apprenons à traiter tous les aspects venant avec le fait de concourir au niveau sénior, expliquait Zachary Lagha à la suite des Championnats des quatre continents tenus à Séoul, en Corée du Sud, du 4 au 9 février. Notre objectif est de devenir champions chez les séniors.»

Le couple a terminé la compétition de Séoul en cinquième place. Après quelques jours de congé, les patineurs ont repris l’entraînement en vue des Championnats du monde.

En route vers les Olympiques

Pour le moment, Marjorie et Zachary ne se sont pas encore donné d’objectif précis pour ces premiers Championnats du monde séniors. Estimant qu’il s’agit d’une compétition d’envergure et «assez stressante», le couple ne veut pas «s’emballer».

«Nous sommes contents d’avoir obtenu notre place et nous voulons retrouver le même feeling sur la glace», explique Zachary.

Le couple se remémore d’ailleurs sa première participation aux Championnats du monde chez les juniors, en 2016, où il avait pris le 13e rang. Saison après saison, Marjorie et Zachary se sont améliorés, prenant la 6e place en 2017 et terminant au pied du podium en 2018. L’année suivante, ils étaient au sommet.

«Il ne faut pas trop penser au top mondial, estime le patineur. Comme à notre première année chez les juniors, nous étions très loin. Nous devons avant tout nous concentrer pour rester constant et avancer à long terme.»

Comme de nombreux athlètes, le duo rêve de prendre part aux Jeux olympiques. Bien sûr, les patineurs aimeraient participer aux prochaines olympiades, qui auront lieu à Pékin en 2022. Toutefois, ils estiment plus réaliste de miser sur ceux de 2026.

«Évidemment, ça dépend toujours du nombre de places disponibles et ça, c’est vraiment hors de notre contrôle, précise Marjorie. Pour 2022, on dit peut-être, mais les Olympiques de 2026 demeurent un objectif plus réaliste.»

Duo uni

Marjorie Lajoie et Zachary Lagha avouent être plus souvent qu’autrement sur la même longueur d’ondes. Probablement la recette gagnante pour ce couple, qui doit collaborer autant sur la glace qu’à l’extérieur.

Lorsque Le Courrier du Sud a demandé à Zachary Lagha de décrire sa partenaire, il ne lui a fallu que quelques secondes pour répondre que Marjorie «est toujours de bonne humeur».

«C’est facile de travailler avec elle car nous allons toujours dans la même direction, ajoute-t-il. On ne passe pas beaucoup de temps à s’obstiner et c’est ce qui nous permet de nous améliorer assez rapidement.»

De son côté, la patineuse estime que Zachary est extrêmement travaillant.

«Nous travaillons vraiment bien ensemble, raconte Marjorie. Avec Zachary, il n’y a jamais de perte de temps! Nous avons le même objectif ultime, alors c’est plus facile de faire de l‘overtime ou de travailler plus fort, car les deux nous savons que ça va être difficile.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des