Martine Ouellet : une politicienne qui dérange

Photo de Philippe Lanoix-Meunier
Par Philippe Lanoix-Meunier
Martine Ouellet : une politicienne qui dérange
(Photo : Gracieuseté)

Martine Ouellet emprunte la plume de l’auteure Nathaly Dufour pour nous livrer une biographie qui évoque son parcours politique jalonné de défis et d’embuches. Publié aux Éditions Québec Amérique, le livre Martine Ouellet : Oser déranger retrace son parcours politique de ces débuts à l’âge de 17 ans au Comité des jeunes du Parti Québécois, à ses années de députée et enfin de chef du Bloc.

Figure marquante de la scène politique québécoise, Martine Ouellet a divisé l’opinion publique comme peu de politiciens l’ont fait au cours des dernières années. Cet état de fait s’explique certainement en partie par ses opinions politiques bien tranchées. Elle ne s’en cache pas, c’est une souverainiste pure et dure qui refuse tout compromis dans ce qu’elle entreprend.

Avec ce témoignage, Mme Ouellet revient sur les dessous de plusieurs grands dossiers dont elle a eu la charge alors qu’elle était, notamment, ministre des Ressources naturelles. Elle y aborde également les projets environnementaux d’envergure pour lesquelles elle a œuvré, aussi bien en politique que chez Hydro-Québec.

Celle qui a été députée de Vachon de 2010 à 2018 y règle également ses comptes avec d’autres membres de la grande famille souverainiste, comme ses prédécesseurs à la tête du Bloc Gilles Duceppe et Mario Beaulieu.

Elle y trace également le portrait d’une première ministre Pauline Marois fragilisée par l’attentat du Métropolis le soir de sa victoire aux élections de 2012.

Finalement, Mme Ouellet dresse un portrait de la place des femmes en politique et décrit son parcours comme celle d’«une fille dans la cour des gars».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des