Opinion

Nous allons bientôt payer moins cher si...

le mercredi 24 mai 2023
Modifié à 16 h 12 min le 17 mai 2023
Par René Vézina

redactiongm@gravitemedia.com

René Vézina (Photo gracieuseté)

Les toutes dernières données de Statistique Canada montrent que l’Indice des prix à la consommation (IPC) est en train de se stabiliser, ou presque. En même temps, elle signale que la Banque du Canada est en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis! 
Donc, au Québec, l’IPC a légèrement grimpé de mars à avril, soit de 4,7 % à 4,8 %. Mais bonne nouvelle, même si le prix des aliments continue d’augmenter, la hausse ralentit, comme pour les légumes frais. Avec l’arrivée de l’été, on peut bientôt espérer une véritable baisse. Et même si l’essence a coûté plus cher en avril, on voit déjà en mai les prix glisser à la pompe. C’est une autre nouvelle encourageante.
Par contre, les voyageurs vont devoir payer plus cher pour embarquer à bord des avions ou des bateaux de croisière. Après quelques années difficiles, les transporteurs vont profiter du nouvel engouement des touristes pour hausser leurs tarifs. La demande est en hausse, les prix vont suivre, surtout que les compagnies aériennes annoncent déjà un manque de personnel.
Statistique Canada note, et je cite, que «la hausse des prix des loyers et du coût de l'intérêt hypothécaire a contribué le plus à l'augmentation de l'IPC d'ensemble observée en avril 2023».
En d’autres mots, c’est l’augmentation des taux d’intérêt qui a en grande partie poussé l’IPC à la hausse, puisque les propriétaires doivent payer plus cher leurs emprunts, et éventuellement refiler la facture à leurs locataires quand c’est le cas. 
Mais qui est responsable de ces hausses de taux? La Banque du Canada. Et pourquoi le fait-elle? Pour restreindre l’inflation. Oui, mais comme on vient de le voir, elle pousse ainsi l’intérêt hypothécaire à la hausse, contribuant à nourrir l’inflation! 
On nage en pleine absurdité. 
L’espoir, tout à fait légitime, est que la tendance baissière de l’IPC, au-delà du petit sursaut d’avril, incite les institutions financières à se faire plus accommodantes. 
En tout cas, si vous n’avez pas à voyager trop loin, si vous savez acheter les aliments bientôt moins coûteux, si vous ne songez pas à acheter une résidence ou n’avez pas à renégocier un prêt hypothécaire, vos factures au jour le jour vont bientôt vous coûter moins cher.