«Nous sommes tous inquiets de la situation à Montréal»

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
«Nous sommes tous inquiets de la situation à Montréal»
Le premier ministre François Legault a encore mené son point de presse en soulignant les difficultés dans 280 CHSLD. Et ce même si de nouveaux travailleurs sont entrés en poste. (Photo : Assemblée nationale)

Le gouvernement n’hésitera pas à reporter l’ouverture des écoles, des services de garde et des commerces au-delà du 25 mai dans la grande région de Montréal, «si la situation n’est pas sous contrôle», a rappelé le premier ministre du Québec François Legault. 

«Nous sommes tous inquiets de la situation dans la région de Montréal», a-t-il affirmé lors de son point de presse quotidien, le 11 mai.

Si le gouvernement prévoit des dates, alors qu’il semble peu probable qu’elles soient respectées, c’est pour laisser du temps aux institutions fermées de se préparer d’ici l’ouverture, a soulevé M. Legault.

Questionné à savoir si un confinement plus sévère devrait être appliqué à ce territoire, le premier ministre a dit suivre les directives de la santé publique qui ne le juge pas nécessaire présentement. Pour sa part, Horacio Arruda, directeur national de la santé publique, a ajouté que de la transmission active dans la communauté doit être observée pour le faire.

D’après le premier ministre, la clé d’un déconfinement réussi est le dépistage des cas et le nombre de tests effectués quotidiennement. Au cours de la fin de semaine, un décret a été adopté pour permettre à des groupes de professionnels de la santé de faire des prélèvements.

«On pense que, dans les prochains jours, on sera capable d’augmenter le nombre de tests, autant en région qu’à Montréal», a assuré M. Legault.

Ce dernier en a aussi profité pour lancer un appel au personnel soignant qui a terminé sa quarantaine afin qu’il retourne au travail.

Régions inquiètes

Aux citoyens vivant dans les régions éloignées de celle de Montréal, le premier ministre a indiqué qu’il n’y a pas de danger à ce que les Montréalais s’y rendent, en autant que la règle du 2 m de distanciation soit respectée.

«On ne veut pas que les Québécois se divisent entre régions. Nous sommes tous ensemble dans le même bateau», a-t-il dit.

Bilan

85 décès (total de 3013), dont 82 dans la grande région de Montréal

38 469 cas (748 de plus)

9 700 personnes rétablies

1 838 personnes hospitalisées (7 de plus)

193 aux soins intensifs (six de moins)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des