Passerelle de Normandie: l’analyse des réclamations de Groupe TNT plus longue et plus chère que prévue

Passerelle de Normandie: l’analyse des réclamations de Groupe TNT plus longue et plus chère que prévue
La passerelle a été inaugurée en septembre 2018. (Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Près d’un an et demi après l’inauguration de la passerelle de Normandie, la structure au-dessus de la route 132 continue d’engendrer des dépenses pour la Ville de Longueuil. Cette dernière a dû verser des honoraires supplémentaires d’un peu moins de 25 000$ à CIMA+, le consultant chargé d’analyser les réclamations déposées par l’entrepreneur Groupe TNT.

L’entreprise qui a construit la passerelle a déposé neuf réclamations à la Ville en lien avec différents litiges survenus lors du chantier et à la suite de la livraison.

Le consultant CIMA+ a jusqu’ici analysé six d’entre elles. Le budget supplémentaire permettra de compléter cette tâche et de fermer le dossier de surveillance.

«L’analyse des réclamations est une étape importante pour régler les litiges avec l’entrepreneur dans ce projet», indique-t-on dans le sommaire décisionnel de la Ville.

Rappelons que des avis de non-conformités concernant les poutres-caissons courbées avaient été émis à Groupe TNT, qui avait été sommée de payer des pénalités de l’ordre de 1,8 M$.

Ce conflit entre l’entreprise et la Ville, qui avait déduit le montant des pénalités du montant versé à Groupe TNT, avait mené en mai 2019 à une manifestation d’employés de Mométal, entreprise de fabrication de structures d’acier qui avait agi comme sous-traitant dans la construction de la passerelle. (A.D.)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des