Passerelle de Normandie: retards, avis de non-conformité et dépassements de coûts

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Passerelle de Normandie: retards, avis de non-conformité et dépassements de coûts
Le chantier de la passerelle de Normandie, en novembre. (Photo : Ali Dostie - Le Courrier du Sud)

INFRASTRUCTURES. Le 6 novembre devait signer la fin du chantier de la passerelle de Normandie. Loin d’être achevée, la passerelle surplombant la route 132 devrait plutôt être finalisée en 2018.

À la séance du conseil municipal du 21 novembre, des citoyens ont fait remarquer qu’il y avait souvent peu d’action sur le chantier de l’imposante structure.

«Depuis plusieurs semaines, on ne voit personne», déplorait Pierre Gosselin, ajoutant qu’il faudrait un «miracle» pour que la structure soit complétée en novembre comme initialement prévu.

L’entrepreneur Groupe TNT, en défaut, doit payer une amende de 6000$ par jour de retard et des retenues au contrat s’appliqueront.

En réponse aux citoyens, la conseillère Monique Bastien a assuré que la Ville exerce un contrôle serré auprès de l’entrepreneur. En juillet, un contrat de surveillance supplémentaire de 430 000$ avait été accordé à CIMA+ afin que le chantier soit sous surveillance 24h/24h, sept jours semaine.

«Les travaux sont tellement bien surveillés qu’un avis de non-conformité à la structure d’accès a été relevé. La Ville, l’entrepreneur et les ingénieurs sont en discussion», a informé Mme Bastien.

Les inspecteurs de chantier ont en effet constaté une non-conformité par rapport aux plans et devis en ce qui concerne les travaux du pont radial à poutres caissons, qui sont interrompus. Il s’agit de la section du côté du parc Marie-Victorin.

«L’entrepreneur est à trouver la solution pour corriger le problème, car c’est sa responsabilité», affirme le porte-parole de la Ville, Louis-Pascal Cyr.

La situation porte à croire que, dépendamment de la solution apportée par l’entrepreneur et le délai nécessaire, ces travaux se poursuivront jusqu’en 2018, selon M. Cyr.

Les travaux au-dessus de la 132 pour le pont treillis sont toutefois terminés, hormis quelques travaux mineurs.

Du côté du parc LeMoyne, des travaux de finition tels que le pavage de la piste, la mise en place des gardes corps et l’ajout des pièces de bois à la tour d’escalier doivent être complétés, ce qui devrait être fait d’ici la fin de l’année.

Une passerelle à 14 M$

À la séance du conseil, le chef de l’opposition Xavier Léger a signifié que les réponses de Mme Bastien lui «font plus peur qu’autre chose», laissant entendre que le coût de la passerelle pourrait avoisiner les 14,8 M$. «C’est excessif, c’est énorme», a-t-il insisté.

Selon la Ville, la facture de la structure s’élèvera à 14 M$, incluant les coûts d’architecture, d’ingénierie, de surveillance de chantier et celui du contrat de construction.

Lorsque le projet avait été présenté en 2016, il était estimé à 8,8 M$. Le coût avait par la suite considérablement grimpé pour s’établir à 12,8 M$, les soumissions obtenues en appel d’offres ayant été beaucoup plus élevées.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des