Passerelle de Normandie: la reconstruction pourrait coûter plus cher

Photo de Olivier Robichaud
Par Olivier Robichaud
Passerelle de Normandie: la reconstruction pourrait coûter plus cher
La nouvelle infrastructure s'intégrera dans les parcs Marie-Victorin du côté nord et Le Moyne du côté sud.

La reconstruction de la passerelle de Normandie, détruite en février 2015 par un camion circulant la benne levée, coûtera vraisemblablement plus que les 8,8 M$ prévus dans le premier appel d’offres. Le projet est désormais classé dans la catégorie des projets entre 10 M$ et 20 M$ dans le Système électronique d’appels d’offres (SEAO) du gouvernement.

Longueuil a dû annuler son premier appel d’offres en octobre, les soumissions reçues variant entre 13,6 M$ et 15 M$, soit bien au-dessus de son estimation de 8,8 M$. La Ville avait donc décidé de réévaluer le processus pour savoir ce qui pouvait expliquer le fossé entre l’estimation et les soumissions.

Selon la fiche technique fournie par la municipalité, la complexité du projet aurait été sous-évaluée. L’appel d’offres avait également été lancé dans une période où les carnets de projets des entreprises étaient déjà pleins.

Dans son nouvel appel d’offres lancé le 23 novembre, la Ville a ainsi retiré certaines clauses qui spécifient les matériaux à utiliser. Des éléments structuraux et architecturaux ont également été modifiés.

Les entreprises de construction ont jusqu’au 21 décembre pour envoyer leurs soumissions.

La passerelle détruite – beaucoup plus simple que le projet de reconstruction proposé – valait 2,3 M$.

«Pas sur le dos des contribuables»

Selon le porte-parole de la Ville de Longueuil, Louis-Pascal Cyr, les fonctionnaires ont tenté de réduire au maximum la facture de la nouvelle passerelle. Le nouvel appel d’offres a même été évalué par un économiste de la construction indépendant.

M. Cyr promet que tout montant qui dépasse la valeur du règlement d’emprunt, soit 8,8 M$, sera financé autrement que par les taxes.

La Ville pourrait notamment demander des subventions ou réclamer des montants à son assureur. Longueuil a déposé une poursuite d’environ 2,5 M$ contre les deux entreprises qu’elle estime responsable de la destruction de la passerelle.

Par ailleurs, M. Cyr affirme que la catégorie choisie par la Ville dans le SEAO ne réflète pas nécessairement l’estimation municipale de la valeur du projet.

D’autres priorités, soutient l’opposition

Le chef de l’opposition, Robert Myles, critique vigoureusement la nouvelle facture attachée à la passerelle de Normandie.

«Payer 10 M$ à 20 M$, ça n’a aucun sens! lance-t-il. Les citoyens de Longueuil veulent mettre cet argent ailleurs que sur la passerelle.»

Selon M. Myles, l’estimation initiale de 8,8 M$ était déjà trop élevée.

«On a posé des questions à savoir pourquoi ça coûte autant et on n’a jamais eu les réponses. Pourquoi ne veulent-ils pas nous donner cette information?» demande-t-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des