Actualités
Communauté
post-format-video

PHOTOS ET VIDÉO – Un paradis pour les rainettes à Greenfield Park

dimanche le 16 mai 2021
Modifié à 17 h 04 min le 14 mai 2021
Par Geneviève Michaud

Lorsque Philip Rink et son épouse ont acheté leur maison de la rue Empire, il y a une trentaine d’années, une partie de la grande cour arrière était inondée chaque année, entre les mois de mars et de juin. Pour tenter de contrôler les inondations, ils ont décidé de creuser et remblayer le terrain. [caption id="attachment_112667" align="alignright" width="444"] Philip Rink habite l’arr. de Greenfield Park depuis plus de 30 ans. (Photo : Le Courrier du Sud - Geneviève Michaud)
[/caption] «La terre de la cour étant comme du ciment, nous avons demandé à quelques entrepreneurs en aménagement paysager de nous apporter leurs sacs de gazon et de feuilles, afin de pouvoir améliorer la qualité du sol et y faire pousser fruits et légumes», raconte M. Rink, Le résident de Greenfield Park estime avoir ainsi étendu sur son terrain de 20 000 pieds carrés entre 50 000 et 60 000 sacs de gazon et de feuilles au fil des ans. Et les résultats sont impressionnants. «Nous pouvons aujourd’hui faire pousser presque n’importe quoi», affirme M. Rink avec fierté, pointant entre autres du doigt de nombreuses asperges ainsi que l’arbuste qui se couvrira de framboises dès le mois de juillet. Et si les sacs de gazon et de feuilles ont permis au couple de cultiver plusieurs fruits et légumes dans leur cour, ils ont aussi amené avec eux des visiteuses inattendues. «Tôt le printemps, il y a une douzaine d’années, des œufs de grenouille sont apparus dans notre étang», raconte M. Rink, qui croit qu’ils sont fort probablement arrivés dans un des sacs remis par son ami Lambert. À la grande surprise des Rink, certains des œufs se sont avérés être des œufs de rainettes faux-grillon. https://www.dailymotion.com/video/x81a77p «Depuis, nos petites amies grenouilles ont prospéré et se sont même étendues à quelques jardins voisins. Mais elles reviennent à notre étang chaque printemps. On compte environ un millier de têtards chaque année et bien que certaines des grenouilles adultes deviennent la proie de chats ou d’autres animaux, nous tentons autant que possible de les protéger des prédateurs.»

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous