Pierre Nantel lance sa campagne dans Longueuil–Saint-Hubert

Photo de Philippe Lanoix-Meunier
Par Philippe Lanoix-Meunier
Pierre Nantel lance sa campagne dans Longueuil–Saint-Hubert
Pierre Nantel a ouvert les portes de son bureau de campagne aux citoyens de Longueuil–Saint-Hubert. (Photo : Gracieuseté)

Afin de souligner le début de la campagne électorale, le candidat du Parti vert dans Longueuil–Saint-Hubert Pierre Nantel et son équipe ont accueilli une soixantaine de visiteurs dans leur local de campagne situé sur la rue Saint-Charles, dans le Vieux-Longueuil. 

Le nouveau candidat a pu échanger avec des citoyens et a notamment discuté avec eux de l’importance d’adopter rapidement des politiques environnementales concrètes.

«Mon équipe et moi sommes profondément touchés par le soutien témoigné par tous les citoyens qui sont venus jeudi soir, a mentionné Pierre Nantel. Alors que je partageais mon souci de père de famille avec les gens de Longueuil–Saint-Hubert, ils m’ont confirmé qu’à l’instar de biens des Québécois, la protection de notre environnement était leur priorité. La prochaine élection sera un référendum sur la crise climatique et j’invite tous les Québécois à choisir leur camp: celui des partis pétroliers ou celui de la lutte à la crise climatique.»

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
dash-quiJean Tremblay Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Jean Tremblay
Guest
Jean Tremblay

Pauvre M. Nantel… Élu néo-démocrate, flirt avec le Bloc, expulsion du NPD, échoué au Parti Vert qui ne partage pas vos convictions souverainistes… C’est assez étourdissant. On ne s’y retrouve plus.

dash-qui
Guest
dash-qui

Vert pâle…très pâle. On se tient encore loin du plus gros problème environnemental et auditif qui hante St-Hubert. Il est évident que l’on espère être capable de se faire élire sans aborder ce sujet épineux qu’est l’aéroport. On appelle cela patiner entre les deux lignes bleues, ainsi on ne commet pas de bévues. Mais demander leur si les autobus devaient toutes être électriques, alors on s’en ferait tatouer une sur le cœur. Déprimant, ces politiciens.