Projet Ville Jacques-Cartier haute en couleur: poursuivre l’incursion dans cette ancienne banlieue ouvrière

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Projet Ville Jacques-Cartier haute en couleur: poursuivre l’incursion dans cette ancienne banlieue ouvrière
Photo fournie par l’un de ceux qui a livré un témoignage sur Ville Jacques-Cartier (Photo : Photo: Gracieuseté – Société historique et culturelle du Marigot, collection Ville Jacques-Cartier, sous-série André Kahlé)

La Société historique et culturelle du Marigot soulignera les 50 ans de la fusion entre Longueuil et Ville Jacques-Cartier à l’occasion du deuxième grand événement de Projet Ville Jacques-Cartier haute en couleur, le 12 décembre.

«Nous voulons montrer aux gens où en est le projet, qui est à la fois citoyen et académique, et qui mise sur l’histoire orale», lance la présidente de la Société historique et culturelle du Marigot Louise Levac.

Si le projet a subi une pause obligée en raison d’une question de financement, un appui du conseil d’arr. du Vieux-Longueuil, du bureau de la mairesse, du Bureau de la culture de Longueuil et du ministère de l’Éducation a permis de poursuivre les démarches à bon rythme.

Près d’une trentaine de témoignages de personnes ayant vécu à Ville Jacques-Cartier ont été recueillis. Une spécialiste en histoire orale et un archiviste ont été mis à contribution pour que ces entretiens soient réalisés «dans les règles de l’art».

«Cette phase de cueillette de récits de vie est extrêmement avancée. Ce que l’on a pu recueillir dans ces entrevues de fond de plus de deux heures chacune, c’est très riche, s’enthousiasme Mme Levac. On découvre plein de choses intéressantes!»

Lors de la soirée qui se tiendra au cégep Édouard-Montpetit (l’ancien Externat classique), Mme Levac dévoilera d’ailleurs l’une des étonnantes découvertes qu’a fait la Société historique et culturelle du Marigot grâce à certains de ces témoignages: un résident de Ville Jacques-Cartier au parcours pour le moins étonnant.

Les personnes interviewées ont aussi accepté de partager des photos de leur vie dans cette ancienne banlieue ouvrière. Ces photographies seront intégrées à l’exposition de photos qui précèdera l’événement.

Dans le cadre de la démarche académique, une carte de l’espace vécu est en préparation, à partir des lieux qui ont été abordés pendant les témoignages. «Je crois que cette carte va beaucoup plaire aux gens!»

Durant la soirée, l’urbaniste et professeur titulaire à l’Université de Montréal Gérard Beaudet mettra en contexte la fusion de Ville Jacques-Cartier, alors qu’il y eu plusieurs fusions municipales dans les années 1960.

Une table ronde rassemblera des historiens de différentes générations. L’historien et auteur de Ville Jacques-Cartier ville pionnière Michel Pratt abordera les transformations vers la modernité qu’a subies cette banlieue. Professeure d’histoire au cégep Édouard-Montpetit, Valérie Blanc décrira les particularités de cette population ainsi que l’évolution des conditions de logements.

Étudiant en histoire, Guillaume Vallières donnera un aperçu du rôle central des écoles pour ces quartiers où les enfants étaient très nombreux.

Lors de l’événement qui lançait Projet Ville-Jacques Cartier haute en couleur en août 2017, les participants étaient invités à porter une touche de rouge. Cette fois, le vert – rappelant les champs qui entouraient autrefois l’externat classique – sera à l’honneur.

La suite

Cet événement est également l’occasion pour la Société historique et culturelle du Marigot de détailler ce qui a été fait au cours de la dernière année et d’aborder également les réalisations à venir.

Après avoir pu entrer en contact avec les archives davantage citoyennes, Mme Levac souhaite approfondir la recherche de l’histoire institutionnelle de Ville Jacques-Cartier, en espérant pouvoir fouiller les archives des caisses populaires, de la commission scolaire ou encore d’entreprises comme Pratt & Whitney.

L’une des grandes prochaines étapes sera la diffusion de cette information recueillie depuis les débuts du projet.

En 2022, un site Web colligera une riche banque de photos d’archives et livrera des extraits de témoignages de personnes ayant vécu à Ville Jacques Cartier.

En plus de rencontres culturelles, l’idée de collaborer à un documentaire, en fonction des partenariats qui pourraient être conclus, est aussi dans les cartons.

Mémoire des lieux

Le projet comporte un volet plus académique, et c’est notamment là que le cégep Édouard-Montpetit entre en jeu. Enseignante en géographie, Louise Levac entend tester une nouvelle méthodologie : les entretiens spatiaux.

La moitié des témoins qui ont été interviewés se verront présenter une carte de l’espace vécu de Ville Jacques-Cartier et seront appelés à commenter.

«On veut aller sur le terrain et recueillir des témoignages, explique Louise Levac. En visitant les lieux, on croit que l’on aura davantage d’informations.»

Le but est de fournir à la Fédération Histoire Québec un guide pour utiliser cette démarche, pour faire ressortir l’identité de quartiers et de villes disparues, poursuit-elle. Ultimement, le but est de retracer la mémoire des lieux.»

Le volet académique se concrétisera également par la tenue d’un colloque national sur l’histoire orale les 23 et 24 octobre 2020.

Projet Ville-Cartier haute en couleur se terminera avec un autre événement d’envergure, en 2022, pour les 75 ans de la fondation de Ville Jacques-Cartier. «Mon souhait est qu’en 2022, tout le monde sache ce qu’est Ville Jacques Cartier.»

L’événement Cinquante ans après la fusion de Longueuil et Ville Jacques-Cartier se tiendra le 12 décembre à 19h30 à la salle A.-Lassonde du cégep Édouard-Montpetit. Réservation: shm@marigot.ca ou 450 677-4573. 5$ pour les non-membres, paiement sur place.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des