Santé
Éducation

Qualité de l’air : des correctifs ont dû être apportés dans huit écoles de la région

lundi le 17 mai 2021
Modifié à 16 h 53 min le 25 juin 2021
Par Michel Hersir

Huit écoles de la région ont présenté des taux de CO2 élevés au point où des correctifs ont dû être apportés. Les données obtenues du Centre de services scolaire Marie-Victorin (CSSMV) et de la Commission scolaire Riverside (CSR) montrent que la qualité de l’air dans leurs établissements est parfois problématique.

Dans cinq établissements du CSSMV, au moins un test dépassait les 1500 ppm, un taux pour lequel le ministère de l’Éducation exige des actions coercitives à l’intérieur d’un mois. Il s’agit des écoles primaires Adrien-Gamache et des Saints-Anges, de l’École internationale du Vieux-Longueuil et de l’École alternative Tourterelle, ainsi que l’école secondaire Jacques-Rousseau.

Dans chacun de ces établissements, des rectificatifs ont été apportés et de nouveaux tests ont indiqué un plus haut taux entre 1000 ppm et 1500 ppm. La cible maximale fixée par le Ministère pour une qualité d’air idéale est de 1000 ppm.

De plus, six établissements scolaires primaires (école Adrien-Gamache, école de la Rose-des-Vents, l’École internationale du Vieux-Longueuil, école Mille-Sports, école Saint-Laurent et école Tourterelle) et l’école secondaire Jacques-Rousseau avaient des moyennes supérieures à 1000 ppm lors des échantillons prélevés lorsque les élèves étaient en classe.

À l’opposé, les écoles primaires Armand-Racicot, De Maricourt, Lajeunesse, Marcelle-Gauvreau, Marie-Victorin (Brossard), Pierre-Laporte et Rabeau ont toutes présenté une moyenne de résultats sous les 700 ppm. C’est l’école Gérard-Filion qui a présenté les taux les plus bas parmi les écoles secondaires, étant l’un de trois établissements (avec les écoles Saint-Edmond et Saint-Jean-Baptiste) pour lesquels aucune mesure ne dépasse les 1000 ppm.

Riverside

Du côté de la CSR, trois écoles de la région ont eu un test au-dessus des 1500 ppm, dont l’École secondaire internationale de Saint-Lambert.

Deux écoles de Saint-Bruno-de-Montarville ont aussi dépassé le seuil, soit les écoles primaires Courtland Park et Mount Bruno. Cette dernière a obtenu le pire résultat du CCSMV et de la CSR, avec un taux de 1679 ppm.

Les écoles primaires Internationale de Greenfield Park, Saint-Jude et Saint-Lambert Elementary ont obtenu les données les plus basses de la CSR. Les deux autres écoles secondaires de la région, Heritage et Centennial, ont toutes les deux affiché des moyennes sous les 800 ppm.

À la CSR, on assure que des actions ont été entreprises pour assurer une bonne qualité de l’air. Dans les bâtiments ventilés mécaniquement, «une équipe d’entretien accompagnait l’équipe qui prenait les niveaux de CO2 afin d’apporter les correctifs nécessaires», mentionne l’agente d’administration à la direction générale de la CSR Corinne Laydu-Durnin.

Un processus controversé

En décembre 2020, le ministère de l’Éducation du Québec a lancé une opération visant à mesurer le taux de CO2 dans les écoles de la province. Les enjeux de qualité de l’air soulevés par la pandémie ont motivé la mise en place cette démarche.

Une enquête de Radio-Canada rapportait en avril dernier de nombreuses irrégularités dans les tests administrés dans les écoles. On y rapportait entre autres un non-respect du protocole de prise de données, amenant les résultats vers le bas, notamment à ce qui a trait à l’ouverture des fenêtres.

Les données obtenues du CSSMV et de la CSR montrent effectivement une variance entre les établissements quant à l’ouverture des fenêtres, et ce, parfois à l’intérieur d’une même école. À la suite de l’enquête de Radio-Canada, le gouvernement du Québec a d’ailleurs annoncé que le protocole serait révisé l’an prochain.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous