REM: des ouvriers refusent de travailler en raison de mauvaises conditions sanitaires

Photo de Philippe Lanoix-Meunier
Par Philippe Lanoix-Meunier
REM: des ouvriers refusent de travailler en raison de mauvaises conditions sanitaires
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Selon ce que rapportent plusieurs médias montréalais, plus d’une centaine d’ouvriers ont refusé de travailler sur le chantier du Réseau express métropolitain (REM) à Brossard mardi. Ils se plaignent entre autres de la trop grande promiscuité entre les employés, contraire aux directives du gouvernement afin de réduire la propagation du coronavirus.

Les syndicats de l’industrie de la construction ont demandé que les règles sanitaires soient respectées sur les chantiers et que de nouvelles mesures soient adoptées.

«Avant même la crise de la COVID-19, certains chantiers ne disposaient d’aucune eau courante et d’aucun dispositif de nettoyage des mains, affirme le président de la CSN-Construction Pierre Brassard. Il serait essentiel que l’on renforce ces mesures pour éviter tout risque de contamination.»

«Alors que les différents intervenants se renvoient la balle, la Direction de la santé publique doit se prononcer. Une décision de sa part est attendue avec grand intérêt et risque de baliser la suite des choses», ajoute-t-il.

Un point de presse mercredi, le premier ministre François Legault a affirmé avoir pris contact avec le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale Jean Boulet à ce sujet. Le ministre lui a assuré que la situation avait été réglé et que des mesures seront mises en place.

Le chantier du REM compte environ 900 travailleurs

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des