Réseautage: comment bien tirer son épingle du jeu ?

Réseautage: comment bien tirer son épingle du jeu ?

Annie Bienvenue

Crédit photo : Gracieuseté

ENTREVUE. Que ce soit chez les timides ou les extravertis, le réseautage s’avère toujours une activité un peu stressante. Se fixer les bons objectifs, respecter quelques règles de base, bien se présenter et développer sa curiosité pour l’autre peut toutefois rendre l’exercice payant… à moyen et à long termes.

«Je ne connais pas grand monde totalement à l’aise dans ce genre d’événement. On se demande tous si on aura l’air d’un piquet en plein milieu de la place!» lance en riant la coach, formatrice et conférencière en communication verbale et non-verbale Annie Bienvenue.

Elle sait toutefois doter les gens d’affaires d’un bon coffre à outils pour tirer profit des activités de réseautage.

Se préparer

Un 5 à 7 ou autre soirée pour réseauter nécessite de la préparation, ne serait-ce qu’en pratiquant à voix haute, dans la voiture, la façon dont on se présentera et présentera nos services.

Il est également important de cibler des objectifs précis quant au nombre de contacts à établir et surtout, avec qui. Il est toujours possible de demander la liste des personnes présentes avant l’événement.

«Ce n’est pas le festival de la distribution de plus de cartes ou de dépliants possibles. On n’est pas obligé de rencontrer 15 nouvelles personnes, relève Mme Bienvenue. On peut cibler deux ou trois personnes qui seront importantes pour nous, faire des recherches sur eux, trouver leur photo sur LinkedIn pour les reconnaitre.»

Il faut aussi pouvoir assurer un suivi avec ces personnes, par la suite. Le réseautage sera également l’occasion d’entretenir son réseau de connaissances.

«On ne doit pas se mettre en tête qu’on va sortir avec un contrat. Le résultat viendra à moyen et long terme. Il faut y mettre de l’énergie… et du plaisir», ajoute la spécialiste.

Premier contact

Selon Annie Bienvenue, cibler les personnes seules pour établir un premier contact lors de ce type d’événement peut être un bon truc, car ces personnes seront bien contentes que quelqu’un les aborde.

«Cherchez aussi les groupes impairs, mentionne-t-elle. C’est plus facile d’y entrer. Il y a souvent déjà une personne qui est plus ou moins dans la conversation, qui regarde vers l’extérieur. Par un regard ou un sourire, on sait qu’on peut se joindre au groupe.»

Rappeler de sourire peut sembler banal, mais il s’agit pourtant d’un outil afin d’établir un premier contact.

«On est tous portés à aller vers des gens qui ont l’air bien! Parfois, on est tellement dans notre tête, on ne voit pas les gens autour de nous, note Annie Bienvenue. Il faut démontrer de la générosité envers eux. Ça se passe en quelques secondes. Si vous ne savez pas quoi faire: souriez!»

«Entendre ce qu’il va acheter»

Pour avoir le plus d’impact et de sens pour l’interlocuteur, Annie Bienvenue insiste sur l’importance de «parler le langage de l’autre» en présentant ses services.

Une première phrase décrira qui aide-t-on (sa clientèle), puis à quoi aide-t-on (quelques bénéfices qu’en tire cette clientèle) et finalement, à travers quoi cette aide est apportée (les services).

«J’aide les gens d’affaires à avoir de meilleures relations, à closer plus de business, pour avoir une plus grande confiance. Je le fais à travers des conférences, du coaching, des formations, donne en exemple Mme Bienvenue. Il entend ce qu’il va acheter.»

Réseauter au féminin…

Les activités de réseautage réservées aux femmes – comme ç’a été le cas lors de la journée L’art de réseauter du programme Leadership au féminin, le 27 février – peuvent présenter certains avantages, croit Annie Bienvenue, alors qu’il peut faire du bien de parler avec des gens qui travaillent un peu plus de la même façon que soi et qui vivent une réalité semblable. Il ne faut toutefois pas se limiter uniquement à ce type de réseautage.

Et les conseils que peut donner Annie Bienvenue demeurent les mêmes, que ce soit aux femmes ou aux hommes d’affaires. Elle remarque toutefois certaines différences dans les comportements.

«Pour les femmes, ce sera plus long à développer, expose-t-elle. Si elle vous donne en référence, elle donne son nom en garantie. Pour qu’une femme vous réfère, vous devez avoir livré la marchandise, vous devez avoir eu sa confiance.»

Annie Bienvenue est l’une des ambassadrices du programme Leadership au féminin de la Chambre de commerce et industrie de la Rive-Sud. Par le biais de formations et de partage d’expériences, elle aide les femmes d’affaires inscrite au programme.

 

Poster un Commentaire

avatar