Sauvons chaque vie: créer un respirateur artificiel grâce à l’impression 3D

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Sauvons chaque vie: créer un respirateur artificiel grâce à l’impression 3D
L (Photo : Gracieuseté)

Les quatre professionnels derrière le studio d’électronique, de modélisation et d’impression 3D AscensionX, à Longueuil, ont voulu mettre leurs compétences à contribution dans la lutte au coronavirus. Comment? Rien de moins qu’en aidant à sauver des vies. Ils œuvrent actuellement à mettre au point un prototype de respirateur artificiel.

L’équipe du projet Sauvons chaque vie met au point un appareil qui pourrait être déployé en soutien à l’équipement médical déjà existant, pour pallier le manque en ce temps de crise.

Si la situation est pour le moment sous contrôle à cet égard au Canada, il en est autrement dans d’autres pays du monde. Dans l’État de New-York, on craint le manque de respirateurs.

«Rien ne peut remplacer un respirateur artificiel actuel, ce sont des bijoux technologiques, des machines excessivement chères, mais on souhaite développer un appareil qui pourrait servir d’équipement de base», mentionne Nicolas Fournier, technicien en génie mécanique.

Miguel Gagnon, ingénieur mécanique; Marie-Pier Théberge, artiste au doctorat en Études et pratiques des arts; et Guillaume Bourdon, artiste à la maitrise arts visuels, complètent l’équipe.

Ils ont répondu au défi Code For Life, initié par le Montreal General Hospital Foundation et l’Institut de recherche du Centre Universitaire de santé McGill. Ils ont d’ailleurs été choisis parmi les 65 meilleurs finalistes, se distinguant parmi 1029 équipes.

Mais au-delà du concours, ils veulent mener à terme leur mission.

Le procédé

Le respirateur artificiel

L’équipe a actuellement en main une première version de respirateur artificiel.

«C’est un système fermé. L’air part du mur, se rend au patient, et le patient l’expire dans un deuxième tube, détaille Nicolas Fournier. Dans ce système respiratoire, on fabrique des connecteurs, qui viennent emboîter des pièces médicales qui existent déjà.»

Dans les connecteurs se trouvent des capteurs, qui enregistrent des données sur l’air qui y circule.

Toutes les pièces sont conçues à partir de logiciels de modélisation 3D et sont ensuite acheminées à l’imprimante 3D.

Le prototype actuel fonctionne d’un point de vue mécanique:  la mécanique soutient un sac de respiration, avec un bras de levier et un moteur.

L’appareil compte aussi un écran tactile sur lequel différents paramètres pourront être installés.

L’équipe se réfère à des professionnels de la santé, dont un inhalothérapeute, pour déterminer par exemple quels paramètres pourraient être utiles.

L’étape des tests

L’équipe a entamé une série de tests pour s’assurer de la fonctionnalité et de la sécurité de leur création. L’appareil devra d’abord réussir les tests de résistance.

«On va soumettre la machine à des vitesses, temps et pressions. Si quelqu’un est intubé 7 jours à 40 respirations par minutes, c’est 400 000 cycles de pompage, illustre Nicolas Fournier. Il faut s’assurer que la machine n’ait pas de défaillance.»

Le soutien de professionnels de la santé pour ce type de vérifications est essentiel. Suivront ensuite les tests de calibration.

Accessible

Le coût de revient de ce respirateur artificiel est de moins de 1000$. L’équipe évalue qu’il en coûterait 400$ pour remplacer certaines pièces entre chaque patient. «C’est tout du matériel que l’on peut acheter en ligne», explique Marie-Pier Théberge.

L’équipe de Sauvons chaque vie veut également rendre disponibles l’ensemble des informations pour fabriquer cet équipement, soit le design des pièces, ainsi que les guides d’assemblage et d’utilisation.

En «poussant fort», il serait plausible d’avoir un respirateur artificiel fin prêt, fonctionnel et attesté par des professionnels de la santé dans environ un mois.

Et des visières

Les visières créées par l’équipe

AscensionX a aussi conçu deux modèles de visières de protection.

«Grâce à la collecte de fonds [voir l’encadré], un GMF de Magog nous a contactés pour créer une visière de protection sur mesure. Elle voulait un modèle avec certaines particularités, notamment pour le confort. C’est une visière plus fermée aussi», indique Marie-Pier Théberge.

Le GMF a commandé plusieurs de ces visières et a même référé le studio à d’autres GMF et CLSC.

Advenant une forte demande, l’équipe de Sauvons chaque vie a déjà pris contact avec un fournisseur canadien pour l’achat du matériel. La capacité de production est d’environ 35 visières par jour.

«C’est un modèle plus compliqué et donc plus long à faire que d’autres modèles qui circulent en ce moment, compare Nicolas Fournier. On a plus misé sur la qualité que sur la rapidité.»

Le studio souhaiterait acquérir de nouveaux équipements afin d’accroître leur capacité de production.

Fierté

Malgré tout le drame et le négatif qu’engendre cette crise, Nicolas Fournier se réjouit de la créativité qui ressort de la situation actuelle.

«Je suis fier de notre équipe. On s’est demandé ce qu’on pouvait faire de constructif, comment épauler le domaine médical qui subit le plus gros de cette crise. C’est vraiment valorisant, partage-t-il. Ce n’est pas une question d’argent, ni de reconnaissance. Simplement: est-ce qu’on peut aider les gens de façon concrète?»

Au sein même de l’équipe, les compétences de tous sont mises de l’avant. Les deux membres de l’équipe issus du milieu des arts apportent d’ailleurs une vision différente au projet. «La structure des gens en génie, c’est très carré, très ordonné, il faut que ça fonctionne, remarque Marie-Pier Théberge. Des fois, penser à côté de ça, avoir une vision créative, ça peut apporter quelque chose.»

«C’est une grande force de compter sur différents perceptions du défi», ajoute Nicolas Fournier.

 

Une collecte de fonds

AscensionX a lancé la collecte de fonds «Sauvons chaque vie» sur la plateforme GoFundMe.

Se procurer le matériel et les appareils nécessaires à la conception du respirateur artificiel peut devenir rapidement dispendieux. Le studio compte déjà trois imprimantes 3D haut de gamme, et quelques appareils secondaires. Acquérir un numériseur 3D pourrait être fort utile.

«Quand tu veux améliorer projet, tu ne connais pas les coûts. Grâce à la collecte, si on doit acheter des éléments rapidement, on n’a pas à piger dans nos poches. On sait que ça nous coûtera plus cher que prévu, assure Marie-Pier Théberge, qui remercie les donateurs pour leur générosité.

Peu importe ce qu’il leur en coûtera, ils sont déterminés à mener à bien leur projet, et ainsi faire une différence.

Pour faire un don : https://www.gofundme.com/f/sauvons-chaque-vie?sharetype=teams&member=4038474&pc=fb_co_campmgmt_w&rcid=r01-1585099418,77-1bf8387720184310&utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=fb_co_campmgmt_w&fbclid=IwAR1pjpZ22AxsJyswAFm6TjikgvoeArF5XH7YrUDWPXeVWen8xmdNJtOFzf8

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des