Steve Gagnon est nommé à la tête de la Commission sur le développement social

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Steve Gagnon est nommé à la tête de la Commission sur le développement social
Steve Gagnon (Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Sans président, la Commission sur le développement social n’existait jusqu’ici que sur papier. Lors de l’assemblée municipale du 14 mai, la mairesse Sylvie Parent a nommé à ce poste le conseiller municipal Steve Gagnon.

Depuis des mois, l’opposition espérait que la mairesse nomme un président à la tête de la Commission du développement social: famille, affaires sociales, logement social, immigration, action communautaire et condition féminine, afin qu’elle puise entamer ses travaux.

En février, deux mandats ont été confiés à cette commission, soit de recommander la mise en oeuvre du Plan d’action de la Politique de l’habitation et du logement; et élaborer une Politique des collectivités avec la mise en place d’un fonds de développement.

«On attendait cette décision avec impatience. La commission se fera un plaisir de débuter, il y a beaucoup de travaux à l’agenda, a réagi le chef de l’opposition Xavier Léger. C’est une belle surprise, ce soir.»

Par voie de communiqué, M. Léger s’est montré plus incisif, relevant que «la pression du milieu aura fini par avoir raison de l’entêtement de la mairesse qui refusait jusqu’à tout récemment encore de désigner un président pour cette commission. Même si ça arrive très tard, on se dit mieux vaut tard que jamais.»

La priorité de Steve Gagnon sera de convoquer une première rencontre afin d’entamer les travaux avant le début de l’été. La commission devra établir un calendrier de rencontres ainsi qu’un échéancier.

«Nous savons que les attentes du milieu sont élevées en matière de développement social, on le constate sur le terrain. Il reste cependant un travail immense à réaliser pour les combler. Ensemble, on doit se montrer ambitieux, c’est ce que les citoyens attendent de leurs élus», a affirmé M. Gagnon par voie de communiqué.

Selon M. Léger, la Ville peut compter sur un fort tissu social composé de nombreux organismes, mais n’est doté d’«aucune vision et mesures concrètes pour les accompagner dans leur mission». Une «lacune» que comblera le travail de la commission sur le développement social.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des