Trucs pratiques pour intégrer le transport actif dans son quotidien

Trucs pratiques pour intégrer le transport actif dans son quotidien

Si, pour vos déplacements, vous optez pour la marche, la bicyclette, la planche à roulettes, les patins à roues alignées ou, selon le cas, le fauteuil roulant non motorisé, vous privilégiez le transport actif. Quand vous remplacez le pétrole, le diésel ou l’électricité par une action physique, vous priorisez une énergie renouvelable, et ça, c’est bénéfique pour la santé durable.

Pour inclure le transport actif dans vos habitudes, vous avez besoin de volonté et d’aide de la part de votre municipalité qui doit faciliter ce type de déplacements par des aménagements accessibles et sécuritaires.

Au Québec, seulement 37% de la population adulte est suffisamment active : ce qui signifie qu’elle fait au moins 30 minutes d’activité physique par jour, cinq jours par semaine. Autre ombre au tableau, seulement 9% des enfants canadiens font les 60 minutes d’activité physique quotidienne recommandées.

Le vélo est une option intéressante car il est possible de s’en procurer pour un coût raisonnable et il permet des déplacements bien souvent aussi rapides, sinon plus, que la voiture. En effet, les études démontrent qu’à l’heure de pointe, matin et soir de semaine, le vélo est souvent plus efficace que la voiture pour parcourir une distance allant jusqu’à 8km.  

Si, comme moi, vous souhaitez vous déplacer à bicyclette mais que vous avez des enfants de moins de quatre ans et que vos moyens financiers sont limités,  je vous suggère d’installer un banc de bébé à l’avant ou à l’arrière de votre siège.  Si vos moyens financiers vous le permettent, le Yuba bike (j’en rêve!) est une option urbaine intéressante. Il est non seulement joli, mais pratique aussi pour tous les déplacements avec ou sans les enfants. Enfin, il existe les remorques qui permettent de tirer un ou deux enfants et la girafe qu’on installe sur son vélo et qui permet à votre enfant (d’environ 5 ans et plus) de pédaler en vous suivant.

Si le vélo n’est pas votre truc, ne négligez pas l’idée de la marche pour vous garder en santé. La marche est un super exercice, gratuit et accessible à tous, même aux tout-petits. C’est aussi l’occasion d’enseigner aux enfants les règles élémentaires de sécurité concernant les passages piétonniers. Dès l’âge de trois ans, je laissais mes enfants s’éloigner un peu de moi sur le trottoir car je savais qu’ils comprenaient l’importance de s’arrêter aux passages piétonniers, à l’approche  d’un stationnement ou aux abords d’une ruelle car nous avions pratiqué assidument ces règles dès l’âge de 18 mois.

Finalement, j’ajouterais que ces moments, avant ou après le travail, nous permettent de décrocher mentalement et de prendre le temps de respirer, avant de démarrer sa journée ou d’entreprendre la routine du soir. C’est donc bon pour le corps et pour l’esprit, en plus, c’est gratuit!

Émilie Dansereau, chargée des dossiers Saines habitudes de vie à l’Association pour la santé publique du Québec

Plus d’infos en cliquant ici

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des