Un programme nouveau genre de hockey offert au collège Durocher

Un programme nouveau genre de hockey offert au collège Durocher

Le personnel de l’Impact lors des évaluations, en avril

Crédit photo : Facebook

Repenser le hockey afin de mettre l’expérience et l’apprentissage des jeunes aux devants du sport, tel est la mission que s’est donnée le coordonnateur du sport interscolaire du collège Durocher de Saint-Lambert Philippe Bourret.

Voilà maintenant deux ans que germait dans la tête de la direction l’idée d’intégrer le hockey à son offre sportive, sans affecter les heures de cours.

Un contrat a été établi avec l’Académie Ulysse en septembre dernier, donnant au Collège l’accès à son réseau de contacts pour organiser les événements.

Cet automne, des formations U12 et U14 porteront l’uniforme de l’Impact. Les deux équipes du programme ne feront partie d’aucun réseau; ni du Réseau du sport étudiant du Québec ou de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS), ni de Hockey Québec.

«Ce n’est ni un sport-études, ni une concentration hockey. Ce sont deux équipes de l’Impact qui s’ajoutent, au même titre que celles de soccer et de basket», indique Philippe Bourret.

Les adolescents bénéficieront de trois entraînements hebdomadaires, deux sur glace ainsi qu’un en gymnase. L’Impact disputera des showcases en Ontario et dans l’Est des États-Unis, pour un total d’environ 24 parties. Les rencontres auront lieu aux deux ou trois semaines, laissant les soirées libres, confirme Philippe Bourret.

Un tournoi est également prévu aux 4 Glaces de Brossard en novembre.

Les études avant tout
«Les études seront vraiment prioritaires à la pratique du sport. Le but du programme n’est pas de former des joueurs professionnels, mais avant tout de former des élèves, explique Philippe Bourret. Tant mieux si on peut leur donner une vitrine pour se développer au hockey au passage.»

Sans ligue ni classement, l’aspect victoire-défaite devient secondaire. «Il s’agit moins d’une finalité en soi que dans d’autres ligues», précise le coordonnateur.

Ce que les deux équipes viseront dès leur première saison d’activités pourrait en surprendre plus d’un. Une fiche de ,500? Tant de victoires à la maison? Non. Il est plutôt question de résultats sur les bancs d’école.

«Avoir l’équipe avec la meilleure moyenne scolaire, a tout simplement laissé entendre l’entraîneur-chef du programme David L. Ouellette. Lorsque je suis allé au gala sportif cette année, il n’y avait aucune équipe de gars; que dix équipes de filles. Je veux au moins être dans le top 10!»

Vision évolutive
David L. Ouellette a une philosophie rafraîchissante du hockey, vision qu’il souhaite transmettre aux jeunes qui intégreront l’Impact.

«On veut changer le pattern. Quand on regarde le hockey mineur, ça fait 50 ans que c’est la même affaire, allègue-t-il. Ça commence à changer un peu, mais nous faisons un gros saut en avant avec des approches différentes concernant le développement à long terme des athlètes et en travaillant en multisports, ce qui est souvent délaissé.»

Ancien joueur de calibre junior, Ouellette repérait rapidement ses coéquipiers qui étaient passés par les programmes de sport-études en raison de leur discipline scolaire.

«Manquer des pratiques parce que tu as un examen le lendemain, ce n’est pas supposé arriver, stipule le jeune entraîneur. Tu as les moyens et le temps, comme dans l’autobus et à l’hôtel. Avec moi, il y aura une heure d’étude obligatoire par voyage.»

Des programmes de mentorat seront aussi mis à la disposition des élèves-athlètes.

La moyenne générale minimale pour participer aux activités sportives chez l’Impact est de 70%.

Une liste de 18 à 19 joueurs inscrits et acceptés au Collège forme déjà chacune des équipes. Quelques places sont toujours disponibles pour atteindre les 20 élèves par formation.

Selon le coordonnateur, l’objectif du programme à long terme serait de créer une équipe par catégorie d’âge, en plus d’une équipe féminine.

Un camp d’évaluation se tiendra le 26 août pour le recrutement de joueurs de 6e année du primaire.

Rens.: philippe.bourret@cdsl.qc.ca

Parcours de l’entraîneur-chef
David L. Ouellette possède un baccalauréat en kinésiologie de l’Université d’Ottawa. Il a joué dans le Collégial AAA pour les Filons de Thetford Mines, en plus de s’être aligné avec les Mustangs de Gatineau, les Hawks de Winchester, les Canadians Jr. d’Ottawa, les Castors de Clarence. Il joue maintenant avec les Riverains de Saint-Hilaire de la Ligue de hockey senior du Richelieu.

L’entraîneur de 22 ans est un produit de la LHPS, au collège Saint-Hilaire, tout comme son assistant Alexandre Galibois. Le duo tentera d’ajouter une entraîneuse à son groupe avant le début de la saison.

«David provient du hockey scolaire et croit déjà beaucoup en ce modèle. On a parlé le même langage assez rapidement lors de son entrevue, détaille Philippe Bourret. Il a compris exactement ce qu’on essayait de mettre sur pied. Il est jeune, en plus, alors on aime penser qu’il sera avec nous longtemps.»

Commenter cet article

avatar