Une complicité liée par le sang

Une complicité liée par le sang

Tristan et Jérémy Lalonde

Crédit photo : Gracieuseté

JEUX DU QUÉBEC. Dix des onze joueurs représentant la Rive-Sud en basketball masculin aux derniers Jeux du Québec étaient originaires de l’agglomération de Longueuil, facilitant la tâche de créer une chimie d’équipe. Deux des joueurs semblaient même se connaître depuis toujours…

Jérémy et Tristan Lalonde n’oublieront pas la journée du 4 août 2018 de sitôt. C’est ce jour que les deux frères à la complicité remarquable et leur équipe ont remporté leur médaille d’argent aux Jeux du Québec.

Le lien du sang des natifs de l’arr. de Saint-Hubert a été bénéfique tout au long de la compétition.

«On avait un avantage: on passe toutes nos journées ensemble, admet Tristan, 14 ans. Si je lui faisais un signe de la tête, il [Jérémy] comprenait ce que je voulais dire. Il réagissait de la bonne manière.»

Jérémy, 12 ans, abonde dans le même sens.

«J’avais quelqu’un qui me comprenait sur le terrain. Il pensait à la même chose que moi. Quand il était seul, juste quand je le regardais dans les yeux, il savait qu’il devait couper. On avait une bonne chimie», note le cadet.

Seulement le début
L’an prochain, les deux frères se retrouveront au sein du programme de sport-études basketball au collège Charles-Lemoyne. Ils s’entendent pour dire que l’expérience commune vécue aux Jeux a été extraordinaire.

«J’ai vraiment aimé ça. Avec l’école Lucien-Pagé, on gagnait tous nos matchs. Aux Jeux, on avait un peu plus de compétition. C’était les meilleurs joueurs de chaque région», mentionne le plus vieux.

De son côté, Jérémy voit cette conquête en argent comme enrichissante et compte bien monter sur la plus haute marche du podium lors de la prochaine édition, à laquelle il sera encore en âge de participer.

«C’est un bon début pour ma carrière. J’aurai la chance de faire les Jeux deux fois. J’espère qu’on se reprendra dans deux ans.»

Il a d’ailleurs de grands objectifs à long terme. «Quand je serai plus grand, j’aimerais avoir des bourses d’études au collège ou à l’université pour jouer au basketball et peut-être avoir la chance de me rendre au niveau professionnel», conclut-il.

Toute une chimie
Les joueurs de la formation de la Rive-Sud provenaient en majeure partie des Tornades de Longueuil, du programme de basketball de l’école Lucien-Pagé ou du collège Durocher.

«On avait une belle chimie, indique Tristan. Je jouais avec les Tornades avant et il y en avait plusieurs qui étaient déjà avec moi, dont le coach

Même si la plupart des joueurs se connaissaient, ils ont dû s’entraîner plusieurs heures avant le premier match.

«On a dû s’habituer à rejouer ensemble, explique Jérémy. On s’est entraîné chaque jour pendant trois heures, la semaine avant les Jeux. La dernière journée, on a fait une pratique de six heures pour être certains de connaître tous les jeux et d’être bien placés. On était vraiment préparés.»

La formation de la Rive-Sud a dominé tout au long du tournoi en l’emportant 79 à 47 face à Laval, 81 à 38 contre les Laurentides et 72 à 49 face à la Capitale Nationale en demi-finale. Montréal a toutefois eu le dessus sur notre région 51 à 47 lors du match pour la médaille d’or.

«On était quand même contents parce que Montréal battait les équipes par 30, 40 ou 50 points, mais nous, on a perdu par seulement 4 points», dit Tristan.

«J’ai été surpris de notre performance, précise pour sa part Jérémy. On a battu les équipes par de gros scores, et contre Montréal c’était un match difficile. On devait vraiment se dépasser.»

Poster un Commentaire

avatar