Une majorité de maires demande à Québec des changements à la gouvernance de l’agglomération de Longueuil

François Laramée, La Relève, Initiative de journalisme local
Une majorité de maires demande à Québec des changements à la gouvernance de l’agglomération de Longueuil
(Photo : Capture d'écran)

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, sera saisie d’une demande de la majorité des maires de l’agglomération de Longueuil pour que soient modifiées certaines règles de gouvernance. Une majorité de maires demandent qu’ils puissent être capables d’exercer leur jugement.

Proposée par la mairesse de Longueuil Sylvie Parent, la demande à la ministre vise à soustraire les maires à l’obligation de s’en tenir aux orientations de leurs conseils. Donc, de représenter, sans mot dire, les orientations prises par les conseils municipaux locaux.

L’agglomération de Longueuil est la seule au Québec à fonctionner avec ce principe d’obligation d’orientation, ce qui ne laisse aucune latitude aux maires lorsque vient le temps de voter au Conseil d’agglomération.

La proposition de Mme Parent a été appuyée par la presque totalité des membres du conseil d’agglomération, soit 8 membres sur 10 dont le maire de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, ainsi que le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray.

Ces trois maires dirigent tous des conseils de ville minoritaires, ce qui fait qu’ils doivent représenter à la table de l’agglomération la position de leurs opposants.

M. Murray l’a démontré lorsqu’il a dû voter contre l’achat de chemises et de pantalons pour les policiers et policières de l’agglomération.

«Le conseil de ville de Saint-Bruno, que je dois représenter par mon vote, inscrit sa dissidence. Donc, si je comprends bien les élus de Saint-Bruno, les policiers et policières de l’agglomération devront se promener en caleçon cet été! Personnellement, je suis gêné, j’ai les mains liées et je ne peux user de mon jugement pour voter au Conseil d’agglomération de Longueuil. Chaque fois qu’il y a une dépense à l’agglomération, l’orientation du conseil de ville de Saint-Bruno est de voter contre, sans discernement. La situation est simplement absurde», allègue-t-il.

Sylvie Parent a indiqué avoir vécu la même expérience au début de son mandat. C’est pourquoi elle a insisté auprès de ses collègues pour envoyer un message fort et clair à la ministre. «Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans la gouvernance de l’agglomération de Longueuil», déplore-t-elle.

Seuls les maires de Brossard et Boucherville ont voté contre la résolution, ceux-ci disant vouloir consulter leur conseil au préalable.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Caroline Derome
Caroline Derome
4 jours

Mme Parent quitte son poste et les maires de St-Bruno et St-Lambert n’ont pas été en mesure d’exercer le leadership nécessaire auprès des membres de leur Conseil de ville. Ils demandent alors à la Ministre de changer la Loi pour pallier à leur lacunes et manquements …
Oui à une modification en profondeur de cette Loi bancale; mais si on veut modifier uniquement les dispositions qui confortent Mme Parent, on passera encore à côté de l’essentiel.
Il faut souligner à quel point le maire de Boucherville a fait la preuve de son intégrité en précisant qu’il devait s’opposer à cette motion par respect pour le Conseil de la ville qu’il représente à l’Agglomération. On pourrait croire qu’il est le seul à vraiment comprendre son rôle et son utilité sociale.
Permettez-moi de souhaiter une bonne retraite à ces pauvres élus sortants … et la bienvenue à un leadership plus contemporain.