Une politique de mobilité durable pour favoriser les déplacements

Une politique de mobilité durable pour favoriser les déplacements

La politique de mobilité durable vise notamment une diminution, pour les entreprises, des coûts associés à la congestion dans la région métropolitaine de Montréal.

Crédit photo : Depositphotos

Le gouvernement du Québec prévoit investir 9,7 G$ pour améliorer les déplacements routiers, aériens, maritimes et ferroviaires dans la province, dans le cadre de l’adoption de sa politique de mobilité durable.

La politique prévoit une série de mesures touchant tous les modes de transport et tous les types de personnes qui se déplacent, dont celles à mobilité réduite.

D’ici 2030, le gouvernement espère atteindre des cibles concrètes de réduction du temps de déplacement moyen, de la consommation de pétrole en transport et des dépenses des familles allouées au transport.

Pour les entreprises, il vise notamment une diminution des coûts associés à la congestion dans la région métropolitaine de Montréal. Selon Québec, la politique favorisera le développement économique grâce à un système de transport plus fluide.

Les acteurs du milieu commercial jugent qu’une telle politique est devenue essentielle.

«Dans un contexte où le nombre de déplacements augmente sans cesse au Québec, la mise en place d’un cocktail de transport efficace et attrayant est nécessaire, indique le président des Chambres de commerce du Québec Stéphane Forget. Selon nous, elle améliorera non seulement la mobilité, mais également la productivité des entreprises.»

L’organisme CargoM, qui regroupe des intervenants du transport des marchandises, accueille aussi favorablement les mesures annoncées.

«Je crois que la politique réussit à concilier les enjeux de transport, d’environnement, d’aménagement du territoire et de développement économique», estime son directeur général Mathieu Charbonneau.

«Nous sommes satisfaits de constater que la politique vise à ce que le secteur des transports contribue davantage aux efforts de réduction de GES, indique quant à lui le président-directeur général du Conseil du patronat du Québec (CPQ) Yves-Thomas Dorval. Le CPQ continuera à collaborer avec le gouvernement du Québec et toutes les parties prenantes pour assurer une mise une œuvre de la politique qui sera bénéfique pour tous.»

 

Objectifs de la politique de mobilité durable

• Réduction des coûts associés à la congestion pour les entreprises des régions métropolitaines de Montréal et de Québec

  • Des ventes annuelles de 15 M$ pour le secteur québécois des équipements de transport terrestre
  • Augmentation de 25% des marchandises transbordées dans les ports et centres intermodaux ferroviaires
  • Réduction de 40% de la consommation de pétrole en transport sous le niveau de 2013
  • Réduction de 37,5% des émissions de gaz à effet de serre en transport sous le niveau de 1990
  • Réduction de 20% du temps de déplacement moyen domicile-travail
  • Réduction de 20% des dépenses brutes des ménages allouées au transport
  • Diminution de 20% des déplacements effectués en auto solo
  • Que 70% de la population ait accès à au moins quatre services de mobilité durable

Poster un Commentaire

avatar