Une rentrée unique

Une rentrée unique
Alvaro Cueto, enseignant d’histoire du Québec au Collège Notre-Dame-de-Lourdes (Photo : Gracieuseté)

La rentrée, pour un enseignant, c’est sacré! J’adore l’ambiance qui y règne. Ça regorge d’énergie et d’optimisme. J’aime cette motivation collective et le déferlement des résolutions de début d’année. Nous sommes tous habités par de nouvelles idées mijotées durant l’été.

@R:Les enseignants sont fébriles de rencontrer leurs nouveaux élèves. Ces derniers ont des visages illuminés de curiosité de découvrir un adulte qui partagera leur quotidien pour les prochains mois. Ce sont de précieux instants où tout le monde a le sourire aux lèvres. C’est une belle valse d’évaluation mutuelle et de découverte d’affinités.

Mais cette rentrée, qu’a-t-elle de différent?

Elle a son caractère unique à cause de la pandémie. En tant qu’enseignant, je constate que nous sommes dans l’instabilité depuis fort longtemps et que cette routine brisée depuis le mois de mars laisse planer une anxiété générale. Nous avons passé un printemps à nous démener à créer des moyens pour garder le contact avec nos élèves virtuellement. Nous avons ensuite passé l’été dans l’incertitude à ruminer des scénarios pour les prochaines semaines. Cette rentrée est donc le début d’un nouveau chemin que l’on prendra le temps de tracer. Notre résilience collective et la collaboration des divers intervenants du milieu nous permettront d’offrir à nos jeunes une rentrée sereine.

Malgré toutes les nouveautés de cette rentrée (masques, distanciation, classes-bulles, règles, responsabilités accrues), je souhaite que l’on développe une bienveillance envers tous, de la compréhension, de l’écoute et de la cohérence.

On a demandé à nos ados de rester confinés, de continuer à travailler et de rester motivés malgré les restrictions sociales. On leur demande maintenant de revenir avec de nouvelles consignes. Cela forgera certainement leur sens des responsabilités, leur solidarité et leur altruisme.

En conclusion, on a tous un sentiment de fraîcheur lorsqu’on enlève notre masque. Nos élèves auront l’option d’enlever leur masque quand ils seront assis à leur place. Je soupçonne qu’ils vivront cette sensation sensorielle décuplée avec le soulagement de retrouver un peu leur routine mise en veilleuse depuis quelques mois. Je suis convaincu que cette fraîcheur nous fera un grand bien.

Bonne rentrée à tous!

Alvaro Cueto, enseignant d’histoire du Québec
Collège Notre-Dame-de-Lourdes

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des