Une usagère du transport adapté critique la présence d’un second passager

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
Une usagère du transport adapté critique la présence d’un second passager
(Photo : Gracieuseté)

Usagère du transport adapté de Longueuil, Nancy Fradette dénonce le fait que le Réseau de transport de Longueuil (RTL) autorise désormais la présence d’un second passager dans ses véhicules adaptés, empêchant le respect de la distanciation physique.

«On est collés dans le transport adapté, déplore l’usagère. Avec mon fauteuil roulant, je prends beaucoup de place et souvent, les gens se tiennent après mon fauteuil pour embarquer dans la mini-van, même si je leur demande de ne pas le faire.»

Mme Fradette s’inquiète du danger de contamination à la COVID-19 que cette situation représente pour elle, qui habite avec sa mère de 77 ans.

Si le RTL accepte en effet deux passagers dans ses véhicules adaptés depuis le 3 août, il précise qu’il le fait sous la recommandation de la Direction régionale de la santé publique.

«Tous nos clients doivent porter un masque ou un couvre-visage lors de leurs déplacements, tout comme le chauffeur lorsqu’il est en contact avec la clientèle, indique le RTL au Courrier du Sud. Il s’agit d’une mesure supplémentaire de protection qui vient palier la difficulté de parfois maintenir la distanciation.»

«Durant le déplacement, la clientèle est séparée du chauffeur par une paroi protectrice, ajoute le RTL. Un nettoyage de toutes les surfaces exposées est aussi fait entre chaque déplacement de clients.»

«Le chauffeur est séparé des clients, oui, mais pas les clients entre eux», rétorque Mme Fradette, qui précise que lors de longs trajets, le véhicule dans lequel elle prend place – qui est souvent une simple mini fourgonnette régulière adaptée – peut parfois effectuer deux autres arrêts. «Ils vont parfois embarquer et débarquer un client, puis en faire embarquer et débarquer un autre avant de m’amener à destination. En plus de me faire faire deux arrêts supplémentaires, ça me met en contact avec deux autres clients.»

La société de transport encourage par ailleurs ses clients à ne se déplacer que pour les besoins essentiels et souligne que durant l’imposition du couvre-feu, le transport adapté n’est offert entre 5h et 20h que pour le travail et des raisons médicales.

«Je limite mes déplacements et ne sors que lorsque c’est nécessaire, comme le premier ministre nous a demandé de faire», assure Nancy Fradette.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jody Negley
Jody Negley
1 mois

Lors de la première vague, ils ont réduit à une personne à la fois, par précaution. Les nouveaux variants étant plus contagieux, ça va de soi que les précautions devraient être plus sévères et non moins sévères.
Les barrières physiques ‘protègent’ le chauffeur mais n’a aucun impact pour les passagers qui demeurent à moins de deux mètres de distance l’un de l’autre et ce, dans un enclos fermé. De plus, ils sont touchés par le chauffeur lors de la pose de ceinture.
Santé Publique n’est pas au courant de tout ce qui se passe à l’interne du Transport Adapté et c’est à vous de leur signaler qu’il y a une incohérence à ce sujet! https://www.ctvnews.ca/video?clipId=2095669&jwsource=fb&fbclid=IwAR2iEmSsBYGDAYs4sX43PutmHcBlIHjr2cQqgHseX5E6bIqezj9_d0xXHcU

Last edited 1 mois by Jody Negley