Sports

Une victoire transformatrice au Mexique pour Martine Vallières-Bisson 

samedi le 12 juin 2021
Modifié à 11 h 49 min le 23 juin 2021
Par Vicky Girard

La troisième victoire de Martine Vallières-Bisson chez les professionnelles l’a transformée, dit-elle. Photo gracieuseté

Le retour sur le ring de la boxeuse Martine Vallières-Bisson en aura été un marquant. Elle a remporté son combat au Mexique après plus d’un an de pause en un seul round, par K.O. technique. Elle demeure ainsi invaincue avec trois victoires à son actif chez les femmes professionnelles. 

À lire aussi: Vers un retour dans le ring au Mexique après plus d’un an en pause

De retour au Québec et en quarantaine, l’athlète confie qu’elle ne s’attendait pas à un dénouement semblable, notamment en raison du voyage de plusieurs heures, de l’altitude et du dépaysement qui auraient pu lui nuire.  

«Malgré tout ça, quand je suis arrivée dans le ring, j’étais en feu! exprime-t-elle. Je me sentais plus grande, plus forte. Quand la cloche a sonné, j’étais d’attaque. Je suis partie avec mon Jab et c’était la clé avec le contrôle de la distance. Puis, le fait de me recentrer après chaque mouvement a donné de la puissance à mes coups.»

Grâce à la routine stricte qu’elle s’est imposée avant le combat, l’entraîneure au Gladiateur Gym à La Prairie était prête pour six rounds. 

«En préparation, on avait vu de mon adversaire [Maricruz Gomez] qu’elle était agressive, vraiment dans le style de la boxe mexicaine. C’est une fille qui avance et met de la pression constante, alors je savais ce que j’avais à faire», détaille la résidente de Longueuil. 

Avec son entraîneur Rodolfo Furlan (Centre Sablon à Montréal). Photo: Virginie Assaly, Eye Of The Tiger Management 2021

«Ça n’a jamais été autant le chaos dans ma vie que pendant la pandémie, mais dans ma boxe, je n’ai jamais été autant dans le moment présent.»
-Martine Vallières-Bisson

Un objectif en tête 

Sa victoire «a fait écarquiller les yeux» de plusieurs, reconnaît l’athlète de 36 ans. Son objectif n’était toutefois pas de prouver quelque chose au milieu de la boxe pour, par exemple, être représentée par un promoteur. Elle tenait plutôt à se surpasser et à donner le meilleur d’elle-même sans penser à épater la galerie. 

«Je ne me suis pas mise de pression. Ma performance, elle était pour moi-même. Je sais toutefois qu’en deux minutes, un K.O. technique, c’est rare chez les femmes, alors je pense que le travail que j’ai effectué fera peut-être une différence en termes de visibilité», dit-elle. 

Soutien

L’athlète admet aussi être sortie de sa zone de confort pour en arriver là. Alors que ce n’est pas dans ses habitudes, elle a été active sur les réseaux sociaux afin de promouvoir sa campagne de financement, entre autres. 

«J’avais l’entraînement oui, mais j’étais vraiment toujours dans l’action aussi avec cela. J’ai géré d’une main de maître à mon avis, j’ai évolué à plusieurs niveaux. J’étais en mission», raconte-t-elle.

Sans préciser le montant, elle indique qu’elle en a déboursé de sa poche «un petit, mais vraiment moindre qu’anticipé». Elle a amassé près de 8 465$ sur la plateforme Makeachamp.com, alors que les frais de son aventure s’élevaient à 11 000$, en plus de dons personnels. 

Martine Vallières-Bisson tient d’ailleurs à remercier Eye of The Tiger Management, qui lui a offert une chance de combattre, et surtout, ceux qui ont contribué en donnant de l’argent et en lui offrant des témoignages. Sa victoire est également la leur, soutient-elle.

«Certains m’ont écrit que je les inspire et que c’est pour cette raison qu’ils m’aidaient. Si je peux motiver une seule fille à se faire confiance à foncer et à persévérer, je suis comblée, affirme-t-elle. Il faut créer sa chance, c’est aussi ça ma mission à travers mon parcours. Pour moi, l’important c’est le voyage, pas la destination.»

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous

Dernières nouvelles