VIDÉO – Gaspard Vié pédale 436 km au profit des banques alimentaires

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
VIDÉO – Gaspard Vié pédale 436 km au profit des banques alimentaires
(Photo : Gracieuseté - William D'Avignon)

Gaspard Vié carbure aux défis. Natation avec la Blue Machine pendant 5 ans, demi-Ironman en 2016, demi-marathon en 2018 et 2019; le Lambertois de 22 ans a «toujours été actif». Touché par les besoins des Banques alimentaires du Québec, c’est pour leur venir en aide qu’il s’était lancé son plus récent défi: pédaler 100 tours du circuit Gilles-Villeneuve.

«J’ai eu un petit mal de genou le lendemain, mais à part, ça s’est vraiment bien passé», lance d’entrée de jeu Gaspard lors de sa rencontre avec Le Courrier du Sud, six jours après avoir complété son défi du 22 août.

«Le circuit Gilles-Villeneuve, c’est la plus belle piste en Amérique du Nord. On est chanceux d’avoir ça à Montréal.»

– Gaspard Vié

«J’avais peur parce que 436 km, c’est beaucoup… Avant le défi, la plus grande distance solo que j’avais parcourue à vélo était 200 km!»

Les 436 km de son défi, il les aura finalement parcourus en 13h12, à une vitesse moyenne de 33 km/h.

Régime Ironman

Avant le jour J, Gaspard avait suivi un régime de surplus de glucides, soit entre 5000 et 6000 calories par jour, composées à 75% de glucides.

«Pour avoir de l’énergie, parce que ça en prend en surplus quand tu en dépenses en surplus», explique-t-il.

«Puis, pendant le défi, on a pris trois pauses de 15-20 minutes pour manger mais la clé, c’était vraiment l’hydratation.»

«J’ai eu du soutien en masse, de mes amis, de leurs parents mais aussi d’inconnus, poursuit-il. Un de mes amis, Étienne Laprise, a même fait le défi au complet avec moi.»

Gaspard a également pu compter sur deux commanditaires qui ont accepté de se lancer dans l’aventure avec lui, soit le Clan Knox, qui lui a prêté un vélo de performance et des souliers pour la journée, ainsi que la compagnie de café Trafic Crew.

«Une bonne cause»

C’est la campagne de la SAQ au profit des Banques alimentaires du Québec lancée ce printemps qui a sensibilisé Gaspard aux besoins de ces organismes communautaires essentiels.

«Tout a commencé quand j’ai vu la campagne de la SAQ, raconte-t-il. Je suis allé voir leur rapport annuel et j’ai cherché quels étaient leurs besoins, particulièrement en ces temps de COVID.»

«Les Banques alimentaires, c’est une bonne cause, elles ont vraiment besoin d’aide, poursuit-il. On donne souvent à Noël, mais on ne prend pas la peine de donner à un autre moment, mais les gens ont tout le temps besoin de manger…»

6000$ en 16 jours

Lancé le 12 août, soit 10 jours seulement avant sa tenue, l’événement a rapidement atteint son objectif de 3000$. «On l’a récolté en une semaine, se réjouit Gaspard. Je me suis donc donné le nouvel objectif de doubler le montant.»

Et il peut dire mission accomplie: au moment de la clôture de la collecte de fonds, le 28 août, sa récolte atteignait 6056$.

Évidemment, COVID-19 oblige, l’événement n’a pu être public. «On s’est limité au plus petit cercle possible, explique le Lambertois. Je n’ai pas trop annoncé l’événement, pour ne pas que ça devienne un trop gros rassemblement.»

«On veut faire une édition numéro 2 l’an prochain, en allant chercher plus de commanditaires», ajoute l’étudiant en administration des affaires à HEC Montréal.

Inspirations

Plusieurs personnes servent de sources d’inspirations à Gaspard Vié pour se surpasser.

S’il note le photographe aventurier Chris Burkard parmi celles-ci, c’est surtout de son meilleur ami, le patineur de vitesse de Saint-Lambert David La Rue, dont il parle avec admiration.

«On s’entraîne ensemble et il me challenge, il m’aide à me surpasser. Il m’inspire énormément à faire ce que je fais. C’est incroyable, les efforts et les sacrifices qu’il doit faire pour son objectif de se rendre aux Olympiques. C’est beau à voir.»

Prochain défi

«Le prochain défi que je me lance, c’est de faire un full Ironman. C’est un rêve que j’ai depuis que j’ai 12 ans. Je vais m’entraîner pour ça pendant un an. J’aimerais même essayer de me qualifier pour les championnats du monde de Kona, à Hawaï. C’est la compétition internationale que j’aimerais le plus faire dans ma vie. C’est mon life goal

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des