Collusion à Longueuil : Guy Benedetti de retour devant le conseil de discipline

Photo de Philippe Lanoix-Meunier
Par Philippe Lanoix-Meunier
Collusion à Longueuil : Guy Benedetti de retour devant le conseil de discipline
Guy Benedetti (Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

L’ancien directeur général de la Ville de Longueuil Guy Benedetti est de retour devant le conseil de discipline de l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) pour faire face à deux accusations en lien avec sa participation à un vaste système de collusion qui sévissait à Longueuil dans les années 2000.

À LIRE ÉGALEMENT : L’ancien dg de la Ville devant la Cour supérieure

Un système de collusion aurait été en place à Longueuil de 2002 à 2009

Collusion: l’ex-directeur général de Longueuil débouté en Cour supérieure

En juillet dernier, M. Benedetti a été débouté par la Cour supérieure, devant laquelle il avait fait appel des accusations portées contre lui par l’OIQ. Son avocat alléguait que la plainte formulée par le syndic était trop «vague» pour qu’il puisse assurer adéquatement la défense de son client. Il estimait de plus que le syndic avait dépassé le délai raisonnable pour porter plainte dans ce dossier, les faits reprochés à M. Benedetti «remontant à plusieurs années».

Le juge Bernard Synnott a rejeté ces arguments et a ordonné le retour de M. Benedetti devant le conseil de discipline de l’OIQ.

Collusion

Un large système de collusion aurait sévi à Longueuil sous l’administration des ex-maires Jacques Olivier et Claude Gladu. Une enquête menée par le syndic de l’OIQ a révélé que cinq firmes s’y sont réparti la presque totalité des contrats municipaux de génie de 2002 à 2009.

Les firmes SNC-Lavalin, Consultants S.M., Dessau, Cima+ et Genivar se seraient assurées d’obtenir la part du lion des contrats municipaux de Longueuil durant cette période.

Selon un témoignage du syndic adjoint de l’OIQ Réal Giroux, les cinq firmes fournissaient annuellement une importante somme d’argent, allant de 5000$ à 25 000$, à une caisse occulte du Parti municipal Longueuil (PML). En plus de cette somme, les firmes devaient participer à plusieurs événements organisés par la Ville, tels que des tournois de golf.

En retour, elles étaient considérées afin d’obtenir leur part des contrats. Grâce à ce stratagème «bien rodé», les firmes recevaient des contrats au prorata de leur contribution. Les entreprises gagnantes étaient ainsi désignées d’avance.

Premier fonctionnaire de la Ville accusé

Guy Benedetti, en poste à Longueuil de 2005 à 2012, est le premier haut fonctionnaire de la Ville de Longueuil à être formellement accusé par l’OIQ dans ce dossier. Plusieurs ingénieurs des diverses firmes de génie ont cependant été condamnés par l’Ordre.

Guy Benedetti occupe présentement le poste de directeur général de la Ville de Rosemère.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des