Des patineurs artistiques privés du rêve olympique en raison d’un processus de dépistage défectueux

Photo de Katherine Harvey-Pinard
Par Katherine Harvey-Pinard
Des patineurs artistiques privés du rêve olympique en raison d’un processus de dépistage défectueux
Le patineur artistique longueuillois Simon Proulx-Sénécal et sa partenaire Tina Garabedian. (Photo : Gracieuseté)

Le patineur artistique longueuillois Simon Proulx-Sénécal et sa partenaire Tina Garabedian ont été privés de la possibilité de se qualifier pour représenter l’Arménie aux Jeux Olympiques en raison d’un processus de dépistage défectueux de la COVID-19, affirment-ils. Ils demandent donc à l’Union internationale de patinage (UIP) de trouver une solution pour leur permettre d’atteindre leur rêve olympique.

Le duo s’est rendu en Suède, la fin de semaine des 27 et 28 mars, pour participer aux Championnats du monde.

«Avant et pendant l’événement, nous avons dû effectuer plusieurs tests de dépistage de routine pour la COVID-19 et ils étaient tous négatifs, explique Simon Proulx-Sénécal. Quelques heures avant le début de la compétition, mon test de la veille est revenu positif.»

«Nous étions sous le choc, car je n’avais aucun symptôme et je n’avais pas été exposé à personne qui avait testé positif», ajoute-t-il.

Le couple dit avoir été prudent toute la semaine, ne pas être sorti de sa bulle, avoir porté un masque et utilisé du désinfectant pour les mains en tout temps.

«Nous avons immédiatement demandé un nouveau test et on nous a dit qu’ils essaieraient d’avoir des résultats avant l’heure prévue pour la compétition», poursuit-il.

Les résultats sont finalement arrivés après celle-ci.

«On nous a dit que mon deuxième test était à nouveau positif alors que celui de Tina était encore négatif, raconte Simon Proulx-Sénécal. Un troisième test a été effectué le samedi et le résultat est revenu négatif.»

«Lorsque notre équipe a finalement reçu les rapports de test du laboratoire, ceux qu’on demandait depuis le début, nous avons pu constater que le test du vendredi était en fait négatif et non pas positif tel qu’annoncé», ajoute-t-il en précisant que le premier test était également un faux positif.

Une lettre à l’UIP

La présidente de la Fédération arménienne de patinage artistique a envoyé à l’UIP une lettre demandant que le couple bénéficie d’une dérogation pour prendre part aux Jeux Olympiques de 2022 à Pékin.

«Nous voulions désespérément compétitionner, nous nous sentions au sommet de notre entraînement, nous étions prêts, affirme Tina Garabedian. Nous avions attendu toute une vie pour cette opportunité. C’est douloureux pour nous de s’être privés de cette chance surtout en découvrant que Simon n’a jamais eu la COVID-19.»

«Notre rêve était de participer aux Jeux Olympiques et nous savons que nous nous serions qualifiés si nous en avions eu la chance», poursuit-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires