La Vigile verte revient à la charge avec son projet de parc urbain à Brossard

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
La Vigile verte revient à la charge avec son projet de parc urbain à Brossard
Rivière Saint-Jacques aux limites de Brossard et La Prairie. (Photo : Gracieuseté - La Vigile verte - Philippe Blais)

La Vigile verte souhaite que Parcs Canada reconsidère sa demande d’aménager un parc urbain le long de la rivière Saint-Jacques aux limites de La Prairie et Brossard. Il s’agit de sa troisième requête en ce sens depuis 2012.

Cette fois, l’organisme de protection de l’environnement fait valoir ses arguments dans un mémoire qu’il a déposé au gouvernement fédéral dans le cadre d’une table ronde au sujet de Parcs Canada, le 29 octobre.

La Vigile verte fait d’abord remarquer qu’il n’y a pas de parc national dans le Grand Montréal, alors qu’on en retrouve cinq dans le secteur des basses terres du Saint-Laurent en Ontario.

«La valeur écologique du territoire et du paysage est toujours dans un état exceptionnel qui ne demande qu’à être conservé, protégé et mis au profit du récréotourisme et du plein air.» -La Vigile verte

«Toutes les métropoles du Canada devraient avoir la chance d’avoir accès à au moins un parc urbain comme Toronto», soutient l’organisme.

Ce dernier estime que le boisé reliant La Prairie à Brossard est un «lieu de ressourcement depuis des générations et une inspiration pour plusieurs travaux scolaires du primaire à l’université». Les écologistes y voient quant à eux «un espoir pour assurer l’avenir de notre communauté», ajoute l’organisme.

Espèces

D’après la Vigile verte, l’aménagement d’un parc de conservation assurerait aussi une meilleure protection de certaines espèces. Des tortues géographiques, ainsi que plusieurs espèces d’oiseaux, dont la grive des bois, le goglu des prés et le pioui de l’Est, ont élu domicile à cet endroit, recense l’organisme. De plus, la survie de la grenouille rainette faux-grillon, une espèce menacée, pourrait être moins compromise.

Vue aérienne du boisé La Prairie – Brossard (Photo Gracieuseté – Vigile verte)

«La création d’un parc national apporterait un statut de conservation qui augmenterait les chances de rétablissement de [la rainette faux-grillon]. Il s’agirait d’une continuité logique au décret fédéral en vigueur pour tenter de conserver et protéger son habitat», souligne la Vigile verte.

Par ailleurs, l’organisme environnemental dit vouloir étendre ses revendications à un plus large spectre, soit la conservation et la protection des milieux naturels au Canada. Ses membres implorent le gouvernement fédéral de respecter son engagement de protéger 25% de ses terres et de ses océans d’ici 2025.

Deux autres tentatives

La Vigile verte sensibilise les élus à sa demande depuis 2012, rappelle-t-elle dans son mémoire. À l’époque, le député fédéral de Brossard, Hoang Mai, avait jugé que la proposition était admissible. Elle ne s’était toutefois pas concrétisée. Puis, en février dernier, le ministre de l’Environnement a fait savoir que la deuxième demande, «toujours appuyée par notre députée fédérale de Brossard-Saint-Lambert, Alexandra Mendès», avait essuyé un nouveau refus.

Autres arguments en faveur du parc

-L’accès au parc sera facilité par l’achèvement du Réseau express métropolitain (REM), garantissant son achalandage et sa rentabilité;

-Le rôle incontestable de la rivière Saint-Jacques dans l’histoire;

-Les caractéristiques de l’emplacement du bassin de la rivière Saint-Jacques et du fleuve Saint-Laurent qui assurent la survie d’une colonisation.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Sylvie Caye
Sylvie Caye
17 jours

Quand on voit la manière dont évoluent les parcs de Longueuil, lieu d’abattage et de chasse des cerfs, on ne voit vraiment pas l’intérêt d’aménager de nouvelles zones prises sur les forêts. Qu’on laisse la nature en paix, elle se débrouille très bien toute seule sans que l’homme ne s’en mêle.