L’isolement préventif ne doit pas être juste un privilège de politicien selon QS

L’isolement préventif ne doit pas être juste un privilège de politicien selon QS
(Photo : Gouvernement du Québec - Émilie Nadeau)

Alors que plusieurs députés se sont placés en isolement préventif après avoir été en contact avec la mairesse de Longueuil, déclarée positive à la COVID-19, la porte-parole de Québec solidaire Manon Massé propose d’offrir une banque de congés d’urgence de dix jours à la population québécoise jusqu’à la fin de la pandémie.

«Nous sommes très bien payés pour faire notre travail et nous avons les moyens de nous placer en isolement préventif, indique-t-elle. La moindre des choses, c’est de donner les moyens aux familles ordinaires de faire pareil. J’espère que les politiciens qui sont en isolement actuellement vont travailler avec Québec solidaire pour garantir 10 jours de congés d’urgence à toutes les Québécois jusqu’à la fin de la pandémie. C’est une question de cohérence. Personne ne devrait avoir à choisir entre la santé publique et leur santé financière.»

Beaucoup de travailleurs québécois disposent seulement des deux congés de maladie prévus à la Loi sur les normes du travail, rappelle Québec solidaire. Pour les parents, qui doivent rester à la maison avec leur enfant s’il présente des symptômes, le respect des consignes sanitaires est encore plus difficile.

«Les familles sont doublement pénalisées, poursuit Mme Massé. Les parents qui présentent eux-mêmes des symptômes doivent rester à la maison. Si leurs enfants ont la fièvre, ils doivent rester à la maison aussi. Dans la situation économique actuelle, des familles qui sont déjà dans le rouge pourraient cacher leurs symptômes. Le ministre de la Santé a raison: tout le monde est responsable. Comment ça se fait qu’on punisse les gens qui font le choix responsable?»

Texte de Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L’Hebdo Journal

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des