Actualités
Sports

Marie-Claude Molnar amorce sa saison avec un podium

lundi le 09 mai 2022
Modifié à 15 h 13 min le 09 mai 2022

Marie-Claude Molnar amorçait sa saison internationale à Ostende, en Belgique. (Photo : Gracieuseté)

De ses propres dires, Marie-Claude Molnar n’était pas au sommet de sa forme le vendredi 6 mai, en Belgique, où elle a disputé sa première épreuve internationale de la saison en paracyclisme sur route. Cela n’a toutefois pas empêché la Longueuilloise de se hisser sur le podium de l’épreuve de la Coupe du monde, terminant au troisième rang du contre-la-montre de la catégorie C4.

«Ç’a été une course assez difficile, ça, c’est certain!» a-t-elle laissé tomber d’entrée de jeu en entrevue avec Sportcom.

«Nous avions vraiment de belles conditions pour la course, mais au niveau de la forme, je ne peux pas dire que j’étais à 100 %. Il y a des journées où on a un peu moins de jambes et aujourd’hui (vendredi), c’était une journée comme ça.»

C’est tout de même un sentiment de fierté qui habitait la Longueuilloise au terme de cette épreuve disputée sur 20 kilomètres à Ostende. Elle a persévéré pour boucler le top 3, à un peu plus de deux minutes de l’Américaine Samantha Bosco (29 min 31,08 s) et du premier rang.

À sa dernière sortie internationale, lors des Championnats du monde de Cascais (Portugal) en juin 2021, Marie-Claude Molnar avait remporté les deux titres mondiaux chez les C4. Elle avait toutefois raté son rendez-vous paralympique en raison de détails techniques et de compétitions annulées pendant le processus de qualification des Jeux de Tokyo.

Une quatrième place deux jours plus tard

Deux jours plus tard, le 8 mai, la cycliste a terminé au pied du podium de la course en ligne.

«Ç’a été une course très difficile physiquement et mentalement. J’ai fait tout ce que je pouvais pour rester accrochée dans les premières minutes de la course, mais ça n’a pas été suffisant. Je suis restée seule une partie de la course et j’ai franchi la ligne d’arrivée au bout de mon énergie», a-t-elle indiqué.

L’athlète aura la chance de se reprendre, alors que la prochaine Coupe du monde, à Elzach, en Allemagne, se tiendra dès la fin de semaine prochaine.

«Je veux être en mesure de pousser au maximum. Il faut que je reste dans le moment présent. On ne peut pas prévoir ce que ça va donner comme résultat, mais je veux être fière de moi à la fin des compétitions. J’ai hâte d’être en Allemagne, c’est un pays que j’adore», a-t-elle ajouté. (M.H.)