Saint-Lambert se joint au mouvement pour le respect de la démocratie

Photo de Katherine Harvey-Pinard
Par Katherine Harvey-Pinard
Saint-Lambert se joint au mouvement pour le respect de la démocratie
Le maire de Saint-Lambert Pierre Brodeur (Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Les élus de Saint-Lambert ont adopté une déclaration d’engagement, le 22 mars, afin de joindre la voix de la Municipalité à celle de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) dans le cadre de sa campagne «La démocratie dans le respect, par respect pour la démocratie» lancée en janvier. Celle-ci se déroule en vue des élections municipales de novembre.

La campagne vise à inciter les gens à se présenter en politique et à s’investir dans la sphère publique. Déjà plusieurs centaines de municipalités ont adhéré au mouvement et adopté une résolution en ce sens.

Dans sa résolution, Saint-Lambert indique que «la polarisation de l’opinion publique dans les médias traditionnels et particulièrement dans les médias sociaux entraîne une multiplication de déclarations agressives et de gestes d’intimidation à l’égard des élus municipaux».

«Le respect est un élément fondamental d’une société démocratique qui exige à son tour la reconnaissance fondamentale de grandes libertés dont notamment la liberté d’expression», ajoute-t-on entre autres.

Le conseiller Loïc Blancquaert a proposé un amendement qui consistait à ajouter deux «attendu que» à la résolution, soit «attendu que le respect entre les élus, l’administration municipale et les citoyens est fondamental à la vie démocratique et à la participation citoyenne» et «attendu que les élus ont aussi le devoir de traiter les citoyens avec respect et d’être à l’écoute de leurs préoccupations légitimement exprimées».

L’amendement a été accepté à la majorité, alors que seul Philippe Glorieux s’y est opposé.

Rappelons que M. Blancquaert est un membre fondateur de la nouvelle coalition Cartes sur table, réclamant plus de transparence au sein des municipalités.

En se joignant au mouvement, Saint-Lambert s’engage à «accompagner les élus municipaux ainsi que toutes les sphères de la gouvernance municipale pour valoriser la démocratie municipale et consolider la confiance envers les institutions démocratiques».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Serge Gracovetsky
Serge Gracovetsky
9 jours

Il serait intéressant que Philippe Glorieux nous explique les raisons de son opposition, lui qui n’hésite pas à se réfugier derrière sa sacrosainte confidentialité élastique pour éviter de répondre aux questions des citoyens., Ne pas répondre à une question légitime en utilisant un prétexte bidon est une insulte à l’intelligence des citoyens qui ne sont pas dupes de ses manœuvres, et une contradiction fragrante à l’esprit de la résolution demandant le respect. Il y a deux jours, le même philippe Glorieux a organisé une réunion impromptue des élus sans, bien entendu, inviter le conseiller Bernard Rodrigue afin de ne pas être confronté avec des faits contradictoires. Ce qui a entrainé la sortie immédiate de deux autres conseillers qui furent légitimement outrés par cette glorieuse insolence. Avec tout le respect qui lui est dû, et ce même s’il a rejeté la résolution voulant qu’un certain respect soit accordé aux élus, je suggère que Glorieux a outrepassé sa date de péremption et devrait tout simplement partir.

Serge Gracovetsky
Serge Gracovetsky
9 jours

Je note en passant que le maire Brodeur, toujours à l’affut d’une déclaration politique vide de sens mais qui le mousse, s’indigne de l’intimidation que les citoyens font subir à ces malheureux élus, c.à.d. essentiellement le maire lui-même. Car il fut pris en flagrant de délit d’intimidation de certains élus et surtout des citoyennes venant lui poser des questions dérangeantes. Misogynie ? Peur des hommes qui lui tiennent tête ? Comment expliquer les lettres de mise en demeure adressées aux élus et autres personnes, y compris ceux qui ont quitté la ville à cause des conditions harcelantes de travail, et que je fournirai sur demande ? Et que penser de la mise sur pied, par notre maire vertueux, d’une structure (Trak) visant à espionner les mêmes élus, et, par la suite, de rejeter la responsabilité sur le conseil ? Est-ce-que vouloir éliminer les orientations du conseil dans les séances de l’agglomération représente une démonstration du respect du maire pour son conseil ? J’y vois plutôt l’expression d’un mépris quasi total du maire pour ses conseillers. Est-ce cela la déontologie municipale ? Au mieux, c’est un oxymore lambertois. Je ne comprends pas la logique du maire. Mais je note, à sa décharge, qu’un test de logique n’est pas obligatoire pour pouvoir se présenter à la mairie. Car la politique est le seul emploi ou aucun test de compétence n’est requis. C’est la plus grande gueule qui l’emporte. C’est la définition de notre démocratie.

Last edited 9 jours by Serge Gracovetsky