Actualités

VIDÉO - Michel Dandurand un maniaque des voitures de collection

mercredi le 17 novembre 2021
Modifié à 0 h 00 min le 17 novembre 2021
Par Yanick Michaud

Michel Dandurand et Lucie Lamontagne parlent avec fierté de la Manic GT qu’ils entretiennent avec soin. (Photo : Journal Saint-François – Denis Germain)

«Ce n’est pas une passion. C’est une maladie. Et je l’ai attrapée quand j’étais jeune.»

À LIRE AUSSI : La Manic GT : un rêve né à Longueuil

Quand vient le temps de jaser de voitures anciennes, Michel Dandurand ne s’arrête plus. Il en mange. Sa vie tourne autour de ses bijoux. «J’adore les automobiles. C’est depuis que je suis tout petit. J’essayais de deviner les moteurs qu’il y avait dans les voitures que nous croisions sur la route», lance-t-il, entouré de huit de ses 20 voitures rétro qui font l’envie de plusieurs.

Aujourd’hui il collectionne ces engins, entouré de sa conjointe, Lucie Lamontagne et de leurs trois enfants. Tous ont la piqûre pour ce domaine et pour la mécanique. «Le fruit ne tombe pas loin de l’arbre», rigole Michel Dandurand au sujet des enfants du couple.

Quant à sa femme, déjà enfant, elle rêvait de voitures. «J’ai toujours aimé ça aussi. Je m’amusais à regarder les voitures antiques. Aujourd’hui, on les achète pour les restaurer et on s’amuse ensemble», indique la dame.

Deux exemplaires de la Manic GT

Parmi les trésors de Michel Dandurand, on retrouve une Dodge Pink Panther de 1970, une Road Runner dotée d’un moteur HEMI, une Chevrolet Cosworth Twin Cam qui n’a jamais quitté le concessionnaire avant de se retrouver dans son garage d’Ormstown et plusieurs autres. Mais ce qui fait sa fierté ce sont ses deux Manic GT qui ont vu le jour au Québec.

«Je cherche des voitures uniques. Ça me prend des autos qui ont des histoires spéciales. Il y a seulement eu deux voitures conçues au Canada. La Bricklin à Moncton au Nouveau-Brunswick. Mais surtout la Manic GT, fabriquée au Québec. À Granby. J’ai les deux», se targue-t-il.

En ce qui concerne la Manic, il en a même deux. «J’essaie d’en trouver une troisième. Pour en donner une à chacun de mes enfants. Mais c’est rare», assure-t-il.

Ses yeux s’illuminent devant le joyau disposé devant lui. «Regarde la peinture. La couleur. Le monsieur qui l’a achetée faisait faire des peintures métalliques avec des dessins. Elle est restée impeccable parce qu’il y a 40 couches de vernis. Mais surtout parce qu’elle n’est pas sortie de son garage en 44 ans. Ça m’a pris un bon deux ans avant de la mettre en marche. Mais c’est merveilleux. La conduite, la tenue de route. C’est léger. C’est une carrosserie de fibre de verre montée sur une structure et la mécanique de Renault. Il n’y en a eu que 150, mais c’est venu bien prêt de prendre une tout autre direction avant que le constructeur, Jacques About ne décide de mettre la clé dans la porte», raconte Michel Dandurand qui connaît à peu près tout de l’histoire de cette voiture aux allures sportives.

On dit qu’une semaine après avoir décidé de fermer la chaîne de montage, About, propriétaire d’une équipe de course, aurait reçu une commande de 1000 spécimens pour un concessionnaire américain.  

Un véritable phénomène

Le 18 novembre à 20h, Historia présentera la production originale La Manic GT : la voiture du peuple, qui raconte l’histoire de la seule voiture de série québécoise. Cette année marque les 50 ans depuis la fin de la production de cette voiture mythique. Dans ce documentaire, on retrouve 200 archives et des témoignages inédits de ceux qui ont vécu les hauts et les bas de la Manic GT. On rencontre Michel Dandurand, qui habite à Beauharnois.

«J’ai déjà passé aux Légendes de la route. Et on dit que ça a été l’émission la plus écoutée. C’est de là que serait partie la folie pour la Manic. Aujourd’hui c’est difficile de trouver. Mais pour les autres voitures aussi. Les prix ont monté. C’est incroyable», conclut celui qui fait tout sur les voitures, sauf la peinture.

«Et je ne les sors plus dans les expositions de voitures antiques. Ça nous stresse trop. On a tellement travaillé dessus qu’on ne voudrait pas qu’il arrive quelque chose.»

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous