Cégep Édouard-Montpetit: « Nous ferons des efforts particuliers en octobre », assure Sylvain Lambert

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Cégep Édouard-Montpetit: « Nous ferons des efforts particuliers en octobre », assure Sylvain Lambert
(Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

Avant même le resserrement des règles dans les établissements d’enseignement supérieur annoncé par le gouvernement Legault le 6 octobre, les corridors du cégep Édouard-Montpetit étaient déjà bien tranquilles. L’application du protocole d’urgence entraîne ainsi un «ralentissement plutôt qu’une grande transformation».

Une grande partie des cours théoriques du cégep Édouard-Montpetit étaient donnés en ligne depuis le début de la rentrée. La directive gouvernementale de basculer en formation à distance du 8 au 28 octobre n’a ainsi affecté que quelques cours.

«C’était l’exception qui offrait des cours sur place», affirme le directeur général du Cégep Sylvain Lambert. Incluant les laboratoires, on est à 20-25% d’occupation. Ça diminuera peut-être de 5%.»

Seules les séances nécessitant une approche pratique, comme les laboratoires, sont autorisées et maintenues; une plus grande marge de manœuvre, comparativement à juin.

Le port du masque de procédure était déjà appliqué dans les laboratoires, alors que le respect de la distanciation physique n’est pas toujours possible.

Le directeur général du Cégep Édouard-Montpetit, Sylvain Lambert

Le Cégep a aussi fait le choix d’annuler, pour octobre, la tenue d’examens communs, qui réunissaient de grands nombres d’étudiants dans des gymnases. «Il y en avait eu depuis septembre, pour éviter le plagiat et offrir de meilleures conditions qu’en ligne, mais on ne le fera pas en octobre, à l’exception de situation où ce sera très contrôlé, explique M. Lambert. En novembre, on réévaluera.»

Les restrictions imposées par Québec afin de casser l’élan de la deuxième vague affectent surtout les activités parascolaires, ainsi que les services à la communauté. La bibliothèque demeurera accessible, mais uniquement aux étudiants.

«Au centre sportif, il ne restera presque plus rien, hormis les sports de raquette», illustre le directeur.

Les entrées, déjà en nombre réduit tant au cégep qu’à l’École nationale d’aérotechnique, seront davantage contrôlées.

Peu surpris par les nouvelles directives de la ministre de l’Enseignement supérieur Danielle McCann, M. Lambert ne serait pas non plus étonné que leur application se poursuive au-delà du 28 octobre.

«Tant que la courbe ne sera pas aplatie de façon importante, on n’a pas envie de relâcher.»

– Sylvain Lambert, directeur général du cégep Édouard-Montpetit

35 cas

En date du 7 octobre, le Cégep avait recensé 35 cas depuis la rentrée. La grande majorité sont des étudiants.

«La majorité des cours étant en ligne, il n’y a pas eu d’éclosion, assure M. Lambert. On a suivi les protocoles à la lettre, avec les registres de présences. On a trouvé un système efficace de gestion.»

Le nombre de cas a toutefois monté en flèche la semaine dernière, atteignant les 20 cas de contagion. La moyenne hebdomadaire avoisinait les 4 ou 5 infections depuis le début de l’année scolaire.

Sylvain Lambert demeure optimiste pour les jours à venir, alors que le cégep ne compte que 5 cas jusqu’à maintenant cette semaine.

«On dirait que ça tend à diminuer», s’encourage le directeur, tout en demeurant prudent.

Il considère que l’ensemble de la communauté collégiale est très respectueuse des règles. «Il y a eu un petit relâchement dernièrement; on sera plus sévère, mais tout le monde est hyper discipliné.»

Le nombre de cas de COVID au cégep sera d’ailleurs publié sur son site Web, au plus tard à partir de la semaine prochaine. Les données seront mises à jour chaque mercredi.

 

 

Garder contact

Dans ce contexte où la formation à distance domine, le Cégep souhaite lancer une «opération de communication» auprès de ses étudiants.

Des membres du personnel contacteront les étudiants par téléphone, «pour un contact plus facile afin de s’informer de leur situation, de leur motivation et pour nous assurer qu’ils persévèrent malgré le contexte actuel», a indiqué la conseillère aux communications et relations médias du Cégep Catherine Saucier.

Si la ligne téléphonique demeure la première option, des appels par Teams pourraient aussi être envisagés.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires