COVID-19

COVID-19: la vaccination débute mercredi à Brossard pour les travailleurs de CHSLD

lundi le 21 décembre 2020
Modifié à 13 h 03 min le 21 décembre 2020
Par Eric Tremblay

etremblay@gravitemedia.com

On évalue à 4400 le nombre d’employés de CHSLD et de ressources intermédiaires et de type familiale (RI/RTF) qui recevront le vaccin à compter du 23 décembre. Deux sites ont été désignés, dont à la clinique de vaccination située au Dix30. La direction de la santé publique a travaillé avec les trois CISSS de la Montérégie pour déterminer des sites non traditionnels dédiés à une clientèle ambulante.
Les doses reçues en Montérégie sont divisés au prorata selon les différents CISSS. Ainsi, 38 % des doses sont réservées aux travailleurs de la section Est; 32 % pour ceux de l’Ouest et la balance (30 %) au Centre.
Les employés du CISSSME et une partie de ceux du CISSSMC seront dirigés à Saint-Hyacinthe tandis que les autres iront au DIX30. Les bureaux de santé, en coordination avec les CISSS, donneront les rendez-vous afin d’éviter de bris de services dans les ressources. Quatre jours, les 23, 24, 26 et 27 décembre ont été déterminés pour administrer le vaccin de la compagnie Pfizer. L’ordre de priorité désigne les employés qui offrent des soins aux résidents des CHSLD et RI/RTF en tête de liste; suivront les différents corps de métier qui sont déployés à ces endroits. «Si d’autres doses arrivent ou si des délais surviennent, on pourra procéder dans la semaine du 28 décembre, a indiqué Dre Julie Loslier, directrice de la santé publique de la Montérégie. Le vaccin de Pfizer ne nous permettait pas de se déplacer en CHSLD comme à Montréal ou Québec. Aucun lieu en Montérégie ne permettait de vaccination de masse en CHSLD également. On voit cette vaccination comme un premier pas dans la protection de cette population [résidents de CHSLD et RI/RTF].» Un service de sécurité 24/7 est prévu près des sites de vaccination. Les différents corps policiers ont aussi été sensibilisés pour assurer une vigilance à proximité de ces endroits. Vaccination volontaire L’administration du vaccin se fera de façon volontaire. Certaines communications seront effectuées afin de tenter de convaincre les travailleurs. Mais la vaccination n’est pas obligatoire. «Il ne faut pas se laisser leurrer par le mouvement d’hésitation, estime Dre Maryse Guay, médecin spécialiste en santé publique et en médecine préventive. Il n’est pas aussi grand qu’on peut le croire. C’est normal et légitime de se poser des questions. On a confiance que le vaccin va fonctionner. » Plusieurs doutes en raison de la rapidité à laquelle le vaccin de Pfizer a été développé. Mais Dre Guay rappelle que le coronavirus était tout aussi inconnu il y a un an à peine. Les efforts mondiaux concertés ont permis d’agir tout aussi rapidement. « Il y a eu beaucoup d’énergie de mis parce qu’on a besoin d’une solution à la COVID qui nous fait la vie dure », estime-t-elle. Les employés vaccinés devront surveiller les symptômes qui pourraient survenir tels les maux de tête ou de gorge. Mais aucune quarantaine ne sera nécessaire.