Des entreprises prêteront main-forte à la vaccination

Photo de Vicky Girard
Par Vicky Girard
Des entreprises prêteront main-forte à la vaccination
Vaccins de la COVID-19. (Photo : Pixabay)

Dans l’optique de créer de nouvelles avenues afin de vaincre la pandémie, le gouvernement inclut les entreprises qui peuvent contribuer à l’effort de vaccination au processus, a annoncé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en point de presse, le 19 mars.

Selon ce dernier, «la solution de la pandémie passe de façon évidente par la vaccination». La contribution des entreprises sera complémentaire au travail du réseau de la santé. Le but est, «à un moment où il ne faut pas lâcher», d’accélérer l’administration des vaccins.

De 25 à 30 entreprises dites «de regroupement» qui satisfont des critères précis pourront mettre en place des centres de vaccination qui s’ajouteront à ceux déjà ouverts au public et aux pharmacies qui s’attèleront également à la tâche à compter de lundi.

La Fédération des chambres de commerce du Québec et la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud indiquent qu’elles ont déjà identifié plus de 750 entreprises de partout au Québec qui sont prêtes à répondre à l’appel.

Les entreprises doivent notamment être en mesure de vacciner sur place de 15 000 à 25 000 personnes sur une période de 10 à 15 semaines. Cela peut se faire dans leurs locaux, ou dans un espace prêté à cet effet.

Ce sera le cas de l’entreprise de haute technologie CAE à Montréal, qui a notamment développé un respirateur pour répondre à la pénurie mondiale et une application qui permet de former les personnes appelées à administrer les vaccins contre la COVID-19.

Marc Parent, président et chef de la direction de CAE, a fait connaître son intérêt à participer à la vaccination il y a plusieurs mois en prêtant ses ressources «en tant que renfort dans la guerre». Un pôle de vaccination est présentement mis sur pied à ses frais. Selon M. Parent, il sera prêt pour accueillir des gens à Pâques. L’entreprise vaccine ses employés pour la grippe chaque année, a-t-il également expliqué, mais ceux-ci ne seront pas favorisés. Les priorités du gouvernement seront respectées.

La collaboration sera entre autres possible, puisqu’«entre mars et avril, nous n’avons pas d’enjeu avec les vaccins qui entrent», a fait savoir M. Dubé qui a insisté sur l’objectif de vacciner plus de 70 000 d’individus par jour en mai et juin grâce à cette solution.

Un total de 500 000 Québécois en entreprises pourraient recevoir un vaccin, a ajouté M. Parent.

Les entreprises pourront, si elles n’ont pas la capacité d’avoir un centre de vaccination, mettre à contribution des infirmiers et infirmières ou membres du personnel corporatifs liés au domaine de la santé afin qu’ils injectent le vaccin dans d’autres lieux. Elles peuvent se rendre sur le site Web quebec.ca/vaccinationentreprise afin de soumettre leur candidature et contribuer.

Record quotidien

Le 18 mars, 38 400 vaccins ont été administrés au Québec, a indiqué le directeur de la campagne de vaccination, Daniel Paré en soulignant qu’il s’agit d’un record quotidien.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires