Impacts de la pandémie sur l’industrie aérienne : l’Aéroport de Saint-Hubert en relative bonne posture

Photo de Katherine Harvey-Pinard
Par Katherine Harvey-Pinard
Impacts de la pandémie sur l’industrie aérienne : l’Aéroport de Saint-Hubert en relative bonne posture
À la fin de septembre, les revenus aéronautiques de l’aéroport se situaient à 60% de ce qu’ils étaient à la même date l’an dernier. (Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

L’importante secousse qu’a subie l’industrie aérienne dès les premiers mois de la pandémie se fait toujours sentir et l’Aéroport de Saint-Hubert n’y échappe pas. La diversification de ses activités et sa «bonne santé financière» lui permettent toutefois de s’en tirer en bonne position.

À l’échelle nationale, le nombre de passagers diminuera de 75% d’ici la fin de 2020 et de plus de 65% en 2021, selon une lettre ouverte signée par le directeur général du Réseau québécois des aéroports, Romain Girard, et le président du Conseil des aéroports du Canada, Daniel-Robert Gooch.

En avril et mai, les services aériens au Québec ont drastiquement chuté de plus de 90%.

«Il y a eu une baisse substantielle qui frappe de plein fouet tous les acteurs de l’industrie, indique le président de Développement Aéroport Saint-Hubert de Longueuil (DASH-L), Charles Vaillancourt, au Courrier du Sud. À la fin, l’argent que paient les passagers pour voyager, c’est ce qui finance les opérateurs de lignes aériennes, les fabricants d’avion, les fabricants de composantes d’avion, les ateliers d’entretien et les aéroports.»

Selon M. Vaillancourt, l’industrie aérienne n’envisage pas un retour à la normale avant 2024.

«L’industrie était vraiment sur une lentille, juste avant la pandémie, dit-il. Les commandes d’avions étaient énormes, la croissance anticipée d’ici 2030 était gigantesque. Tout ça a été complètement freiné.»

Saint-Hubert «en bonne santé financière»

Comme l’Aéroport de Saint-Hubert n’offre pas beaucoup de vols de passagers, qui représente le secteur le plus touché, il est moins affecté par la situation actuelle que d’autres aéroports de la province.

«On a une diversification dans nos activités, avec l’aviation d’affaires, les hélicoptères, les services d’urgence, les écoles de pilotage, les vols nolisés vers le nord. Tout cela nous rend moins sujet à une forte baisse», explique M. Vaillancourt.

Néanmoins, l’Aéroport n’échappe pas totalement aux effets de la pandémie. La baisse de revenus s’est surtout faite sentir au début du confinement, «particulièrement quand les écoles de pilotage ont cessé leurs opérations», indique la directrice générale de l’Aéroport de Saint-Hubert, Jane Foyle.

À la fin de septembre, les revenus aéronautiques, qui comprennent les revenus associés aux frais d’atterrissage des avions et les redevances sur le carburant à l’aéroport, se situaient à 60% de ce qu’ils étaient à la même date l’an dernier. Quant aux vols vers le Grand Nord, ils ont diminué environ de moitié, selon Mme Foyle.

Heureusement, l’établissement se trouve dans une «bonne santé financière», selon Charles Vaillancourt.

«La raison pour laquelle on va passer à travers la crise, sans aucun doute, c’est que l’aéroport n’a pas de dettes et est géré de façon très serré», affirme-t-il.

Il ajoute que l’aéroport profite de la pause des activités aériennes pour «plancher sur des plans de développement pour être bien positionné lors de la reprise».

Pas de subventions

Aux États-Unis, les transporteurs aériens ont reçu plusieurs milliards de dollars en subventions gouvernementales. Au Canada, aucune aide directe n’a encore été accordée aux aéroports.

«C’est absolument désolant de voir que Air Canada est en train de dépenser son trésor de guerre à rester en vie pendant que ses compétiteurs reçoivent des milliards et des milliards en subventions», lance M. Vaillancourt.

Quant à l’Aéroport de Saint-Hubert, il se fie sur le Programme d’aide aux immobilisations aéroportuaires (PAIA) du gouvernement fédéral, qui a permis de refaire la piste principale en 2017, pour l’aider à contrer les effets de la pandémie.

«On doit remplacer toute la clôture qui fait le tour de l’aéroport, ça fait des années et des années, indique Mme Foyle. Le programme PAIA, qui va peut-être augmenter, va nous permettre de faire des investissements dans nos infrastructures. C’est une façon de nous aider.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Yan101102
Yan101102
2 mois

Ne serait-il pas plus profitable de construire des unités d’habitations à la place de l’aéroport.

Bouquie
Bouquie
2 mois

Faudrait se faire une idée et savoir sur quel pied ils dansent…
https://www.lecourrierdusud.ca/aeroport-de-saint-hubert-baisse-de-revenus-de-40-au-printemps/
De toute façon on va encore piger sur les taxés de Longueuil pour se renflouer. Pas nouveau.

Daysy
Daysy
2 mois

Encore des mensonges et des faits arrangés pour que ca passe bien dans la gorge des résidents de Longueuil ….c’est encore nous les payeurs de taxes qui vont payer pour cet aéroport incontrôlable et mal géré….qui accepte n’importe quoi qui pollue et surtout qui fait du bruit , les profiteurs savent ou trouver l’argent, que se soit au federal ou municipal c’est toujours dans nos poches qu’ils pigent mais pire encore il mentionne que pendant la pandémie alors que nous sommes en zone rouge , les écoles d’aviation qui nous écœurent a longueur d’année,
Continue a survoler nos quartier en tournant en rond comme si de rien était….ils ont toujours considérés que tout leurs étaient permis de toute façon,la distanciation dans un cockpit!! ….en quoi ces écoles qui poussent comme des champignons dans ce maudit aéroport apportent quoique se soit a l’industrie aéronautique…..avec leurs vieux engins ? Ils ne sont que des nuisances , des indésirables qui n’apportent pas grand chose a nos arrondissements…sauf des problèmes,
De santé, de pollution et qui surtout détruit notre qualité de vie , en quoi cet aéroport a problèmes est si profitable quand on regarde tout les dommages collatéraux qu’il engrange…..Mde Foyle toute fière de nous dire que les vols de chronos ont diminués ……wow ….toute une bonne nouvelle , juste avant de nous imposer ses nombreuses surprises a venir !!! Il y a eu tellement de mauvaises decisions prises depuis de nombreuses années par les dirigeants de cet aéroport et de la ville de Longueuil que
C’est gênant…..surtout avec tout ce que les politiciens du monde entier prônent avec les changements climatiques
Ou sont les valeurs de la mairesse de Longueuil???
Elle est ou la priorité…….remplir les poches des propriétaires d’école d’aviation qui en ont rien a foutre
Des citoyens …..ainsi que des compagnies super polluants et dérangeants que personnes ne veux chez eux ……ou
Developper une ville sécuritaire, propre et qui offrirais des parcs paisibles des milieux de vie vert qui encourage la diminution de la pollution ?? L’aéroport profite a tres peux de gens ……il aurait été beaucoup plus profitable de construire des habitations et developper autre chose ….qu’un monstre , regarder ce qui c’est fait aux alentours du quartier dix trente a Brossard , nous aurions eu un endroit très convoité……et très proche de Montreal et l’aéroport ……la vraie …..pas un aéroport de ramassis de machines polluantes dangereuses ….. c’est chère paye pour des avions ambulance la seule raison peut être valable pour ne pas avoir démolit le gros joujou de la mairesse .